Sénateurs du groupe CRC
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
  • Mediatheque
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC-SPG expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer au sein de la nouvelle majorité sénatoriale.
Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des six commissions permanentes du Sénat : Lois, Finances, Affaires économiques, Affaires étrangères et Défense, Affaires culturelles, Affaires sociales. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales, les motions de procédure et les explications de vote des sénateurs du groupe CRC-SPG.

INTERNATIONAL

Ces pirates ne sont que le dernier maillon d’une chaîne sur laquelle prospèrent des groupes très organisés

Lutte contre la piraterie

Par Michelle Demessine / 6 mai 2010

Monsieur le président, Monsieur le ministre, Mes chers collègues,

Il y a deux ans, l’activité de pirates au large de la Somalie avait fait irruption dans notre paysage médiatique et avait suscité une certaine émotion dans l’opinion publique.

La capture du « Ponant », un navire de croisière qui avait à son bord trente hommes d’équipage, dont une vingtaine de compatriotes, avait fait de la piraterie dans cette région un enjeu national. Puis, les attaques d’autres navires, de plaisance ou de commerce, ont alimenté l’actualité au fil des mois.

Ce phénomène n’est pas récent et il ne faut pas le sous-estimer. Marginale en 2006, c’est la croissance extrêmement rapide des actes de pirateries en 2007 qui avait par exemple conduit le Programme alimentaire mondial à lancer un appel international pour la protection de ses navires convoyant l’aide humanitaire indispensable à la survie de près de deux millions de somaliens.

Certes, comme l’a récemment indiqué le Bureau maritime international, le nombre d’actes de piraterie maritime a baissé dans le monde au cours du premier semestre 2010, mais le risque d’attaques lancées par des pirates somaliens reste élevé.

Cet état de fait a motivé notre participation à l’opération navale militaire de l’Union européenne « Atalante » lancée en décembre 2008, à notre initiative, dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD).

Menée avec plus d’une vingtaine de bâtiments, des avions et 1.800 militaires de neuf pays, cette opération vise à dissuader les pirates, protéger les navires et, le cas échéant, à réprimer.

Je rappelle en effet, cela a été dit, qu’entre 2008 et 2009, 315 pirates ont été retenus ou appréhendés et que plus de la moitié des actes de piraterie ont eu pour théâtre le Golfe d’Aden et le large des côtes somaliennes, avec 47 navires détournés et 867 membres d’équipages pris en otage. Fin avril, les pirates somaliens détenaient encore 23 navires et 384 marins, en attente d’une rançon.

Dans cette zone géographique par où transitent près de 25.000 navires par an et 20% du commerce mondial, outre les atteintes à la sécurité des personnes difficilement tolérables, ces actes font donc peser une très sérieuse menace sur la liberté de navigation et la sécurité de nos approvisionnements.

Tous ces éléments expliquent et légitiment ainsi la nécessité et l’urgence de ce projet de loi qui définit un cadre juridique spécifique pour lutter contre la piraterie et qui adapte notre législation pénale aux stipulations des conventions internationales en la matière.

Cependant, avant d’examiner si ce texte permet de répondre efficacement à l’objectif qui lui est assigné, je voudrais d’abord souligner qu’il sera insuffisant à résoudre à lui seul cette question dans la région.

En effet, les problèmes de fond que pose la piraterie ne se règleront ni seulement en mer, ni uniquement de cette façon.

C’est principalement à terre qu’il faut chercher des solutions.

La population somalienne souffre d’un tel dénuement que tout lui est bon pour obtenir de l’argent, même s’il lui faut pour cela prendre de gros risques, allant même, par inconscience, jusqu’à s’attaquer tout récemment à des bâtiments de la marine nationale.

Le développement de la piraterie au large de la Somalie a pour cause principale la situation de ce pays qui n’a plus d’Etat et dont les habitants sont les victimes d’une extrême misère. Ce pays est ravagé par une guerre civile depuis dix huit ans. La moitié de ses habitants dépendent de l’aide humanitaire. En Somalie, un pêcheur gagne un dollar par jour pour nourrir sa famille. Les attaques de navires sont donc nombreuses parce que ceux-ci ont longtemps semblé être une proie facile à des gens démunis de tout.

Mais ce ne sont ni des tueurs, ni des combattants. Ils cherchent de l’argent et leur monnaie d’échange est la prise d’otage.

Le dernier rapport du Groupe de contrôle sur la Somalie, remis le 10 mars dernier au Conseil de sécurité de l’ONU, souligne par ailleurs que ces pirates ne sont que le dernier maillon d’une chaîne sur laquelle prospèrent des groupes très organisés, aux mains de véritables hommes d’affaires qui, eux, ne prennent pas de risques et ne sont nullement inquiétés lorsque ces opérations échouent.

Nous sommes ici au cœur du problème.

A ce propos je comprends, comme le propose le texte de notre commission, la démarche qui consiste à adopter un régime de compétence quasi universelle afin de privilégier le traitement judiciaire des actes de piraterie par deux pays de la région, le Kenya et les Seychelles.

Mais soyons lucides.

Cette option est d’une efficacité très limitée, car du fait d’institutions judiciaires locales inadaptées et largement corrompues, ce sont les lampistes qui sont condamnés quand les commanditaires de ces opérations échappent à toute sanction.

Soyons aussi réalistes, cette façon de procéder agit uniquement sur les effets et non sur les causes.

Les pays de l’Union européenne, qui assurent le fonctionnement de ce système par le biais du programme antipiraterie de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, risquent d’ailleurs d’être bientôt à nouveau seuls à affronter cette question, puisque le Kenya a récusé les accords qu’il avait signé dans ce domaine en raison de prisons surpeuplées et de tribunaux débordés.

Pour éviter une telle situation, l’Union européenne a proposé lundi dernier un renforcement de son soutien au Kenya et aux Seychelles afin que ces Etats puissent continuer à juger et à emprisonner les pirates somaliens.

Egalement conscient de la difficulté de cette question le Conseil de sécurité de l’ONU a, pour sa part, adopté à l’unanimité une résolution appelant l’ensemble des Etats à durcir leurs législations nationales et les pays riverains à s’impliquer davantage dans cette lutte.

Bien qu’il ne s’attaque pas aux causes de la piraterie, mais après tout son but n’est pas là et son objet est plus limité, le projet de loi que nous examinons ce matin a toutefois le grand mérite de clarifier une situation et de combler un vide juridique.

Pour cela, il détermine les infractions pénales constitutives d’actes de piraterie, les modalités de leur recherche et les agents habilités à poursuivre les auteurs d’infractions.

Je ne m’attarderai pas sur ce volet, qui répond à la nécessité d’améliorer l’efficacité de la lutte contre les actes de piraterie commis en mer en renforçant les mesures de prévention et de répression qui incombent à l’Etat.

Par ailleurs, afin de répondre à plusieurs condamnations de la Cour européenne des droits de l’Homme, ce texte vise aussi à « sécuriser » juridiquement les mesures de coercition prises à l’encontre de personnes appréhendées lors d’une opération de police de l’Etat en mer.

Concernant cet aspect, je ne suis pas persuadée que le dispositif adopté nous mette totalement à l’abri d’autres contentieux, suscités par des associations ou des particuliers, et qui entraineraient d’autres condamnations de la Cour.

Car, comme le souligne très justement le rapport de notre commission, que je cite « le régime proposé par le projet de loi pour la consignation des personnes retenues à bord sera applicable à la fois aux actes de piraterie, mais aussi aux personnes appréhendées dans le cadre de la lutte contre le trafic de stupéfiants par mer, en matière de lutte contre l’immigration illégale par voie maritime, ou pour toutes les autres actions de l’Etat en mer qui nécessiteraient une telle mesure de privation de liberté », fin de citation.

Ainsi, la question du fondement légal sur laquelle doivent reposer des mesures privatives ou restrictives des libertés individuelles, en l’occurrence celle de pouvoir aller et venir librement sur un navire, restera certainement sujette à interprétation de la part de Cour européenne des droits de l’Homme, tant que celle-ci estimera que le procureur français n’est pas une autorité judiciaire.

Or dans le dispositif proposé, c’est le juge des libertés et de la détention qui est saisi par le procureur de la République, quarante huit heures après que celui-ci ait été informé de la mise en œuvre de mesures de restriction ou de privation de liberté.

Mais je déplore surtout que les dispositions de rétention à bord qui nous sont proposées, dans un texte sur la piraterie maritime, soient désormais applicables à l’immigration illégale.

Je considère en effet que l’immigration illégale n’est en aucune façon comparable aux actes de pirateries ou au trafic de stupéfiants.

Il se trouve que le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, a récemment annoncé la mise en place d’un dispositif de lutte contre le trafic des migrants par mer, qui prévoit notamment la surveillance en Méditerranée et l’interception de navires dans ses eaux.

Je comprends la nécessité de renforcer la coopération internationale pour faire face à cette forme de délinquance.

Mais je crains qu’avec le nouveau dispositif prévu par Mr Besson, ce texte sur la répression de la piraterie maritime ne donne maintenant une base légale à la possibilité de retenir, sur des bâtiments de la marine nationale, des immigrants dont les embarcations auraient été interceptées dans le cadre des pouvoirs de police de l’Etat en mer.

N’est ce pas là une façon de résoudre, au-delà de nos eaux territoriales, un problème qui s’était posé l’an dernier lorsque des kurdes syriens avaient été débarqués par leurs passeurs sur une plage de Corse ?

Immédiatement retenus dans des locaux inadaptés, hors de tout contrôle judiciaire, ils avaient du être par la suite libérés les uns après les autres sur décision de justice.

Plusieurs juges des libertés et de la détention avaient en effet estimé que les victimes de ce trafic pouvaient être autorisées à débarquer, et dans l’attente de leur admission sur le territoire ou de leur rapatriement, devaient être traitées avec dignité et mises en mesure d’être entendues et de faire valoir leurs droits. En l’occurrence, déposer une demande d’asile.

Je redoute donc que ce texte ne légalise indirectement des centres de rétention administrative sur des bâtiments de la marine nationale, qui seraient soumis à un régime moins protecteur que celui qui existe actuellement.

Pour cet ensemble de raisons, au-delà de la solution juridique, dont le seul et légitime objet est de protéger des personnes et des intérêts économiques, il est impératif, si l’on veut véritablement éradiquer ce fléau, d’agir aussi à d’autres niveaux.

Dans l’immédiat, c’est notamment dans le cadre de l’Union européenne, en particulier à travers la politique européenne de sécurité et de défense, que des réponses adéquates peuvent être trouvées.

L’opération militaire navale « Atalante », dont nous avons été les initiateurs, est une première étape.

L’engagement militaire de notre pays et l’amélioration de nos moyens juridiques ne sont pourtant qu’un élément de réponse.

Il faut surtout trouver une solution politique à la crise dramatique que connaît la Somalie qui a, en outre, un effet déstabilisateur sur toute la région.

Pour cela, nous devrions, avec nos partenaires européens, accentuer nos efforts pour soutenir l’Union africaine et le gouvernement fédéral somalien de transition.

Ce sont des questions qui vont bien au-delà du projet de loi que vous nous présentez, monsieur le ministre, et sur lesquelles le groupe CRC/SPG souhaiterait que le gouvernement prenne des positions encore plus affirmées.

En fonction des réserves que j’ai émises sur la possible application de certaines dispositions de ce projet de loi à la lutte contre l’immigration illégale, notre groupe s’abstiendra.


INTERNATIONAL : La première urgence est sécuritaire et humanitaire

Video

Prolongation de l’Intervention armée en Centrafrique

Par Michelle Demessine / 25 février 2014

DEFENSE : Pas de différence assez nettement affirmée avec la politique menée par le précédent président de la République

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019 (deuxième lecture)

Par Michelle Demessine / 10 décembre 2013

DEFENSE : Nous déplorons la réduction drastique des effectifs

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019 : explication de vote

Par Michelle Demessine / 21 octobre 2013

DEFENSE : La réintégration de la France dans les structures de commandement de l’Otan n’est pas remise en cause

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019

Par Michelle Demessine / 21 octobre 2013

DEFENSE : Une étape décisive d’un long processus

Traité sur le commerce des armes

Par Michelle Demessine / 8 octobre 2013

ENVIRONNEMENT : Le captage-stockage du CO2 n’est pas une solution prometteuse

Convention OSPAR pour la protection du milieu marin de l’Atlantique du Nord-Est

Par Evelyne Didier / 2 juillet 2013

DEFENSE : C’est d’abord aux pays dotés de l’arme nucléaire de donner l’exemple

Accord avec l’Agence internationale de l’énergie atomique

Par Michelle Demessine / 2 juillet 2013

INTERNATIONAL : Un pari risqué et une mise en œuvre aléatoire

Traité d’amitié et de coopération entre la France et l’Afghanistan

Par Michelle Demessine / 18 juillet 2012

INTERNATIONAL : Il n’est pas question d’accepter de prêter main-forte à des régimes qui veulent préserver leurs émirats pétroliers de toute contestation sociale

Accord de coopération en matière de sécurité intérieure entre la France et les Emirats arabes unis

Par Michelle Demessine / 18 juillet 2012

ANCIENS COMBATTANTS : Un texte qui permet la continuité du devoir de mémoire

Conseil national des communes « Compagnon de la Libération »

Par Michelle Demessine / 28 février 2012

ANCIENS COMBATTANTS : Une même condamnation abstraite de la guerre qui empêche de réfléchir sur ses causes

Commémoration le 11 novembre de tous les morts pour la France : conclusions de la CMP

Par Cécile Cukierman / 13 février 2012

ANCIENS COMBATTANTS : Un travail de démolition de la mémoire

Choix du 11 novembre pour la commémoration de tous les morts pour la France.

Par Michelle Demessine / 24 janvier 2012

INTERNATIONAL : Une guerre aventuriste que le mandat de l’ONU ne peut justifier

Prolongation de l’intervention militaire en Libye

Par Michelle Demessine / 12 juillet 2011

DEFENSE : Une transposition dangereuse pour la pérennité de nos industries de défense

Contrôle des importations et des exportations de matériels de guerre (deuxième lecture)

Par Guy Fischer / 8 juin 2011

DEFENSE : L’incapacité des nouveaux instruments institutionnels du traité de Lisbonne à poursuivre la mise sur pied d’une défense européenne

Traité avec la Grande-Bretagne et l’Irlande du nord relatif à des installations radiographiques et hydrodynamiques

Par Michelle Demessine / 3 mai 2011

SOCIETE : Un moyen détourné de faire face au désengagement de l’Etat

Réserves militaires et civiles

Par Michelle Demessine / 30 mars 2011

DEFENSE : Une libéralisation inacceptable des ventes d’armes

Contrôle des importations et des exportations de matériels de guerre

Par Michelle Demessine / 1er mars 2011

DEFENSE : Le développement de nouvelles forces nucléaires augmente la menace internationale

Lutte contre la prolifération des armes de destruction massive

Par Michelle Demessine / 1er mars 2011

INTERNATIONAL : En réalité, la France ne veut plus, mais surtout ne peut plus, jouer le gendarme de l’Afrique

Conventions internationales instituant des partenariats de défense

Par Michel Billout / 1er mars 2011

INTERNATIONAL : Nous émettons de sérieuses réserves sur la démarche suivie par le gouvernement

Autorisation de la ratification des statuts de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables

Par Marie-Agnès Labarre / 16 février 2011

INTERNATIONAL : L’Amérique latine a ouvert la voie de la reconquête de la souveraineté populaire

Institution d’une journée de l’Amérique latine et des Caraïbes en France

Par Marie-Agnès Labarre / 16 février 2011

JUSTICE ET POLICE : Il est urgent que nous apportions une réponse globale à un phénomène qui ne cesse de croître

Lutte contre la piraterie en mer (deuxième lecture)

Par Michelle Demessine / 22 décembre 2010

DEFENSE : Des propositions sans grande consistance

Reconversion des militaires

Par Michelle Demessine / 22 décembre 2010

INTERNATIONAL : Un affaiblissement sans précédent des réseaux diplomatiques et culturels de la France

Action extérieure de l’état : conclusions de la CMP

Par Robert Hue / 12 juillet 2010

Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
Decor
Michelle DEMESSINE
Sénatrice du Nord

Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées

Secrétaire du Sénat

Decor
  • lundi 28
    16h00 : Accessibilité pour les personnes handicapées
  • mardi 29
    09h30 : Questions orales au gouvernement
  • 14h30 : Réexamen d’une condamnation pénale définitive
  • 18h30 : Encadrement des stages
  • mercredi 30
    14h30 : Gestes de premiers secours dans la préparation du permis de conduire
Intranet
Haut de page