Groupe Communiste Républicain et Citoyen au Sénat
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
  • Mediatheque
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer alors que François Hollande occupe l’Elysée et que la droite vient de reconquérir le Sénat.
Procédures définies par le règlement interne du Sénat, les rappels au règlement permettent aux sénateurs d’intervenir à l’ouverture de la séance publique sur un sujet particulier de leur choix, en lien avec l’actualité ou le débat en cours.

EMPLOI, SALAIRES ET RETRAITES

La droite sénatoriale remet en cause le droit d’amendement

Réforme des retraites

Par Guy Fischer / 8 octobre 2010

Mon intervention se fonde sur l’article 48 de notre règlement.
Depuis hier, le droit d’amendement est contesté dans cette assemblée.
Ce matin encore, nous avons déposé un certain nombre de sous-amendements sur l’amendement n°1182 du gouvernement.
Lors de son annonce hier, M. Woerth a évoqué le financement à venir de ses propositions, évoquant la loi de Finances à venir.

M. le Président, la possibilité pour tout parlementaire de sous-amender cet amendement pour proposer au Sénat de se prononcer immédiatement sur le financement des mesures est un droit indiscutable, un droit constitutionnel.
Nous avons décidé d’exercer ce droit. Or, nous avons appris par les services du Sénat, que la Présidence du Sénat refusait de les mettre en débat.
Sur quel article du règlement cette décision contraire à la Constitution, contraire à toute décision de jurisprudence du Conseil Constitutionnel et notamment la célèbre décision de 1986 sur le droit d’amendement.
Cette décision est une violation explicite du règlement, de la Constitution.
Quels sont vos arguments : nous avons déposé des articles additionnel avant l’article 1er A sur des dispositions de financement du système de retraite en général qui ont été déplacés d’emblée avec 300 autres amendements à la fin du débat.

Nous avons tenté de les réécrire pour qu’ils viennent en discussion dans l’article 1er A, ce que le règlement permet.

Lors d’un premier coup de force en Conférence des présidents, mercredi soir, vous avez refusé cette réécriture. Jeudi vous avez fait référence à cette jurisprudence qui n’en est pas une pour refuser une tentative de notre groupe de sous-amender un amendement de M. About.
Nous contestons ce premier abus autoritaire de la présidence et nous le regrettons fortement.

Mais là, il s’agit de toute autre chose.
Nous sous-amendons un amendement du gouvernement déposé jeudi en fin de matinée.

Notre seule possibilité de modifier cet amendement est le sous-amendement.
Nous ne pouvions procéder autrement et c’est pourquoi le droit de sous-amender existe.

Je note au passage que la décision de la Conférence des présidents ne peut s’appliquer au cas d’espèce, à nos sous-amendements que vous venez de refuser, car ils portent sur une nouvelle disposition qui n’existait même pas au moment où la Conférence s’est réunie mercredi soir.

M. le Président, ma question sera double : est-il interdit de sous-amender les nouveaux amendements du gouvernement en matière financière ?
Et sur quel article de notre règlement se fonde le refus de la présidence, alors qu’il suffit de lire l’objet de nos sous-amendements, ils ont un lien évident avec l’amendement sous-amendé ?

Faut-il croire que M. Larcher, comme M. Woerth, ne veulent pas entendre parler de propositions alternatives pour financer leurs propres propositions ?
En tout état de cause, nous saisirons le Conseil Constitutionnel sur ce grave incident qui constitue un précédent dans la mise en cause du droit d’amendement.


INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : Rarement débat parlementaire n’aura débuté dans une telle confusion

Nouvelle organisation territoriale de la République

Par Eliane Assassi / 16 décembre 2014

POLITIQUE : Quand le ministre Michel Sapin vante les mérites du retour de la droite au Sénat

Entente cordiale entre la majorité sénatoriale et le gouvernement

Par Eliane Assassi / 20 novembre 2014

SANTE ET PROTECTION SOCIALE : Quel mépris à l’égard du Parlement et du Sénat !

Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Par Laurence Cohen / 16 juillet 2014

FINANCES, IMPOTS ET BUDGET : Cette information lapidaire mérite des explications

Barème de l’impôt sur le revenu

Par Eric Bocquet / 8 juillet 2014

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : Une procédure qui court-circuite radicalement le Parlement

Recours aux ordonnances et aux décrets

Par Eliane Assassi / 7 janvier 2014

JUSTICE ET POLICE : La France doit obtenir sans délai la libération de M. Condamin-Gerbier

Lutte contre la fraude fiscale et procureur de la République financier

Par Eric Bocquet / 17 juillet 2013

EDUCATION ET RECHERCHE : Ce jeu de chaises musicales n’est pas acceptable

Suppression de postes d’assistants d’éducation

Par Thierry Foucaud / 25 juin 2013

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : Quel est votre objectif, madame la ministre, avec la mutualisation des services que vous évoquez ce matin dans la presse ?

Modernisation de l’action publique territoriale et affirmation des métropoles

Par Christian Favier / 31 mai 2013

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : Le Sénat ne peut être ainsi méprisé une nouvelle fois

Premier volet de la réforme de décentralisation

Par Eliane Assassi / 16 mai 2013

EMPLOI, SALAIRES ET RETRAITES : Quand le gouvernement vient au secours du MEDEF...

Sécurisation de l’emploi

Par Brigitte Gonthier-Maurin / 17 avril 2013

Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
Decor
Guy FISCHER
Ancien sénateur du Rhône
Elu jusqu’en octobre 2014.
Decor
Intranet
Haut de page