Sénateurs du groupe CRC
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
  • Mediatheque
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC-SPG expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer au sein de la nouvelle majorité sénatoriale.
Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des six commissions permanentes du Sénat : Lois, Finances, Affaires économiques, Affaires étrangères et Défense, Affaires culturelles, Affaires sociales. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales, les motions de procédure et les explications de vote des sénateurs du groupe CRC-SPG.

DEFENSE

Pourquoi affirmer une interdiction sans se donner tous les moyens de la faire respecter ?

Elimination des armes à sous-munitions

Par Robert Hue / 6 mai 2010

Monsieur le Président, Monsieur le ministre, Mes chers collègues,

Avec le projet de loi sur l’élimination des armes à sous-munitions que nous examinons ce matin, nous arrivons au terme d’un long processus qui marque une importante avancée du droit humanitaire international, concernant en particulier la protection des populations civiles qui sont les principales victimes de ces armes.

Nous devons maintenant adapter dans notre droit national les dispositions de la Convention dite d’Oslo.

Lors de la discussion du projet de loi de ratification, ici même en septembre de l’année dernière, j’avais eu l’occasion d’évoquer le lent cheminement de plusieurs années qui avait été nécessaire pour aboutir à cette étape significative sur la voie du désarmement.

J’avais aussi souligné le rôle déterminant joué par les organisations non-gouvernementales, au plan national et international, pour sensibiliser les opinions publiques à cette cause et peser sur les décisions des gouvernements.

Je n’y reviendrai pas, car il ne s’agit pas ce matin de rappeler des choses reconnues de tous.

Mais il faut en revanche apprécier à sa juste valeur le résultat de tous ces efforts.

Je voudrais notamment relever le rôle très positif joué par notre pays tout au long de ce processus. Ceci bien qu’il ait fallu qu’il soit souvent aiguillonné par les ONG que sont Handicap international, La Croix rouge ou bien encore Amnesty international., comme c’est d’ailleurs leur rôle, Pour ne prendre que la dernière période, nos armées ont retiré du service les armes interdites par la convention bien avant sa signature.

La France a très rapidement ratifié cette convention, et enfin, nous examinons les mesures législatives nécessaires à son application avant même la date de son entrée en vigueur au plan international. Je reconnais volontiers que cela témoigne concrètement de la volonté, conforme à nos valeurs républicaines, de parvenir à l’élimination totale de ces armes tellement contraires au droit humanitaire.

L’affirmation de cette volonté pèse d’un grand poids à travers le monde quand on sait le rôle que joue notre pays au plan international en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’Onu, mais aussi la place qu’il tient parmi les grandes puissances militaires.

Globalement, ce projet de loi d’adaptation dans notre droit national traduit fidèlement l’ensemble des avancées positives contenues dans la Convention d’Oslo.

Que ce soit à propos de mesures précises de transparence sur la destruction des stocks et la rétention de ce type d’armes, de sanctions pénales fortes, ou bien encore de l’établissement d’une juridiction extraterritoriale permettant de sanctionner ces activités commises à l’étranger par des ressortissants français.

Le projet de loi va même dans certains cas un peu plus loin, en élargissant par exemple la notion d’assistance aux activités illégales définies par la Convention.

Notre commission a en outre utilement précisé et complété quelques aspects qui portent sur les définitions, la destruction des stocks, et surtout l’élargissement du champ d’intervention de la Commission nationale pour l’élimination des mines antipersonnel.

Tout ceci étant dit, je regrette pourtant que sur certains aspects, et non des moindres, le projet de loi qui nous est présenté ne soit pas plus précis et plus contraignant par rapport à certaines obligations contenues dans la Convention.

Je comprends tout à fait que l’urgence soit aujourd’hui de convaincre les nombreux pays n’ayant pas encore signé ou ratifié cette Convention, qui est une base minimum, de le faire.

Mais j’estime pourtant que notre pays pourrait, avec d’autres, créer un effet d’entrainement en prenant quelques mesures importantes précisant certaines obligations.

Je vise là très concrètement la question de l’interdiction des investissements et des financements, par les Etats signataires, des activités qui ont trait aux armes à sous-munition.

En effet, la Convention d’Oslo, dans son article 1(c), permet, implicitement, d’interdire aux Etats signataires de financer ou d’investir dans des entreprises fabriquant ou commercialisant ces armes.

Implicitement, car ceci est évoqué de façon détournée par l’obligation faite aux Etats de ne pas de encourager ou assister une activité interdite par la convention.

Ces formulations très générales entraînent une incertitude juridique qui permet de nombreuses interprétations de nature à échapper aux interdictions.

Je regrette donc, monsieur le ministre, qu’en considérant que l’interprétation de ces notions est assez large elle peut suffire à interdire partiellement ces financements.

Il me semble qu’il y a pourtant là une ambiguïté qu’il faudrait lever. Ce serait un acte très concret marquant davantage encore notre engagement dans le combat contre les armes à sous-munitions. Il y a bien une ambiguïté dans cette position, car pourquoi affirmer une interdiction sans se donner tous les moyens de la faire respecter ? Par parenthèse, cette réflexion est également valable pour d’autres domaines de l’action gouvernementale.

Il est évident, que le financement ou l’investissement dans ce type d’activités est une des conditions de leur existence. Dès lors, il faut que les choses soient clairement dites dans la loi. Monsieur le ministre, écoutez ce que vous disent sur cette question les associations qui s’en préoccupent.

Mais prenez aussi en compte l’une des recommandations formulée par cette Haute autorité administrative indépendante qu’est la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme.

Je cite volontiers ce point précis : « …afin de lever toute ambiguïté juridique sur le principe comme sur l’interprétation, inscrire de manière explicite dans la loi l’interdiction des investissements et des financements, tant directs qu’indirects, dans des entreprises menant, même partiellement, des activités prohibées et liées aux armes à sous-munitions. ».

Ce serait une mesure qui traduirait concrètement la ferme volonté de notre pays d’éliminer ces armes et qui se mettrait en conformité avec des réalités existant déjà dans notre pays et à l’étranger.

En France, par exemple, à la suite d’une action conjointe menée depuis 2006 par les branches françaises d’Amnesty international et Handicap international, de grands groupes financiers et d’ assurances se sont ainsi publiquement dotés de Codes de bonne conduite excluant toute forme d’investissement ou de financement dans ce secteur. Adopter une telle disposition législative ne pourrait que les conforter dans leur action.

Parallèlement, d’un strict point de vue économique et non plus simplement éthique, la position de pays comme le Luxembourg et la Nouvelle Zélande, qui ont interdit ces financements, ou bien la Suisse, l’Allemagne et les Pays-Bas, qui prévoient de le faire, devrait lever la crainte qu’ a votre gouvernement de porter atteinte à la compétitivité de nos entreprises. Enfin, je pense qu’il faudrait également compléter cette mesure par l’élargissement de la compétence extraterritoriale de nos juridictions à la possibilité de poursuivre aussi des personnes morales pour ces délits.

C’est le sens des amendements que nous avons déposés sur ce texte. En conclusion, monsieur le ministre, le groupe Communiste, républicain, citoyen et des sénateurs du Parti de Gauche souhaite que vous preniez en compte nos remarques.

Nous voterons ce projet de loi sur l’élimination des armes à sous-munitions.


INTERNATIONAL : La première urgence est sécuritaire et humanitaire

Video

Prolongation de l’Intervention armée en Centrafrique

Par Michelle Demessine / 25 février 2014

DEFENSE : Pas de différence assez nettement affirmée avec la politique menée par le précédent président de la République

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019 (deuxième lecture)

Par Michelle Demessine / 10 décembre 2013

DEFENSE : Nous déplorons la réduction drastique des effectifs

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019 : explication de vote

Par Michelle Demessine / 21 octobre 2013

DEFENSE : La réintégration de la France dans les structures de commandement de l’Otan n’est pas remise en cause

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019

Par Michelle Demessine / 21 octobre 2013

DEFENSE : Une étape décisive d’un long processus

Traité sur le commerce des armes

Par Michelle Demessine / 8 octobre 2013

ENVIRONNEMENT : Le captage-stockage du CO2 n’est pas une solution prometteuse

Convention OSPAR pour la protection du milieu marin de l’Atlantique du Nord-Est

Par Evelyne Didier / 2 juillet 2013

DEFENSE : C’est d’abord aux pays dotés de l’arme nucléaire de donner l’exemple

Accord avec l’Agence internationale de l’énergie atomique

Par Michelle Demessine / 2 juillet 2013

INTERNATIONAL : Un pari risqué et une mise en œuvre aléatoire

Traité d’amitié et de coopération entre la France et l’Afghanistan

Par Michelle Demessine / 18 juillet 2012

INTERNATIONAL : Il n’est pas question d’accepter de prêter main-forte à des régimes qui veulent préserver leurs émirats pétroliers de toute contestation sociale

Accord de coopération en matière de sécurité intérieure entre la France et les Emirats arabes unis

Par Michelle Demessine / 18 juillet 2012

ANCIENS COMBATTANTS : Un texte qui permet la continuité du devoir de mémoire

Conseil national des communes « Compagnon de la Libération »

Par Michelle Demessine / 28 février 2012

ANCIENS COMBATTANTS : Une même condamnation abstraite de la guerre qui empêche de réfléchir sur ses causes

Commémoration le 11 novembre de tous les morts pour la France : conclusions de la CMP

Par Cécile Cukierman / 13 février 2012

ANCIENS COMBATTANTS : Un travail de démolition de la mémoire

Choix du 11 novembre pour la commémoration de tous les morts pour la France.

Par Michelle Demessine / 24 janvier 2012

INTERNATIONAL : Une guerre aventuriste que le mandat de l’ONU ne peut justifier

Prolongation de l’intervention militaire en Libye

Par Michelle Demessine / 12 juillet 2011

DEFENSE : Une transposition dangereuse pour la pérennité de nos industries de défense

Contrôle des importations et des exportations de matériels de guerre (deuxième lecture)

Par Guy Fischer / 8 juin 2011

DEFENSE : L’incapacité des nouveaux instruments institutionnels du traité de Lisbonne à poursuivre la mise sur pied d’une défense européenne

Traité avec la Grande-Bretagne et l’Irlande du nord relatif à des installations radiographiques et hydrodynamiques

Par Michelle Demessine / 3 mai 2011

SOCIETE : Un moyen détourné de faire face au désengagement de l’Etat

Réserves militaires et civiles

Par Michelle Demessine / 30 mars 2011

DEFENSE : Une libéralisation inacceptable des ventes d’armes

Contrôle des importations et des exportations de matériels de guerre

Par Michelle Demessine / 1er mars 2011

DEFENSE : Le développement de nouvelles forces nucléaires augmente la menace internationale

Lutte contre la prolifération des armes de destruction massive

Par Michelle Demessine / 1er mars 2011

INTERNATIONAL : En réalité, la France ne veut plus, mais surtout ne peut plus, jouer le gendarme de l’Afrique

Conventions internationales instituant des partenariats de défense

Par Michel Billout / 1er mars 2011

INTERNATIONAL : Nous émettons de sérieuses réserves sur la démarche suivie par le gouvernement

Autorisation de la ratification des statuts de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables

Par Marie-Agnès Labarre / 16 février 2011

INTERNATIONAL : L’Amérique latine a ouvert la voie de la reconquête de la souveraineté populaire

Institution d’une journée de l’Amérique latine et des Caraïbes en France

Par Marie-Agnès Labarre / 16 février 2011

JUSTICE ET POLICE : Il est urgent que nous apportions une réponse globale à un phénomène qui ne cesse de croître

Lutte contre la piraterie en mer (deuxième lecture)

Par Michelle Demessine / 22 décembre 2010

DEFENSE : Des propositions sans grande consistance

Reconversion des militaires

Par Michelle Demessine / 22 décembre 2010

INTERNATIONAL : Un affaiblissement sans précédent des réseaux diplomatiques et culturels de la France

Action extérieure de l’état : conclusions de la CMP

Par Robert Hue / 12 juillet 2010

Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
Decor
Decor
  • lundi 28
    16h00 : Accessibilité pour les personnes handicapées
  • mardi 29
    09h30 : Questions orales au gouvernement
  • 14h30 : Réexamen d’une condamnation pénale définitive
  • 18h30 : Encadrement des stages
  • mercredi 30
    14h30 : Gestes de premiers secours dans la préparation du permis de conduire
Intranet
Haut de page