Sénateurs du groupe CRC
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
  • Mediatheque
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC-SPG expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer au sein de la nouvelle majorité sénatoriale.
Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des six commissions permanentes du Sénat : Lois, Finances, Affaires économiques, Affaires étrangères et Défense, Affaires culturelles, Affaires sociales. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales, les motions de procédure et les explications de vote des sénateurs du groupe CRC-SPG.

ANCIENS COMBATTANTS

Un travail de démolition de la mémoire

Choix du 11 novembre pour la commémoration de tous les morts pour la France.

Par Michelle Demessine / 24 janvier 2012

La mort, dans des circonstances tragiques, de quatre de nos soldats en Afghanistan donne une signification toute particulière au projet de loi que nous examinons cet après-midi.

Il nous rappelle qu’un soldat français, envoyé par le gouvernement de la République, meurt toujours pour la France.

J’ai une pensée particulière pour la douleur des familles de ces hommes qui ont été lâchement abattus, alors qu’ils étaient venus dans ce pays avec la conviction de défendre des valeurs universelles.

Dans de telles circonstances, l’examen de ce projet de loi inciterait à ce qu’il soit consensuel.

Méfions nous cependant de ces lois adoptées sous le coup de l’émotion.

J’éprouve en effet quelques réticences aux appels au rassemblement, à l’union nationale, aux bons sentiments quand ils sont lancés en temps de crise et en période électorale.

Pourtant, il pourrait sembler naturel et logique de faire évoluer les cérémonies anniversaire de l’armistice de 1918 afin d’éviter que la commémoration du 11novembre ne tombe en désuétude.

Mais quelle urgence y a-t’il donc à légiférer sur l’organisation et la signification de ces cérémonies, dix mois avant les prochaines commémorations, et deux ans avant le centenaire de la guerre de 14 ?

Cette précipitation autorise vraiment à penser que ce texte traduit implicitement la volonté du Président de la République d’ajouter cette profonde modification de nos traditions à l’édifice de l’histoire nationale, avant la fin de son quinquennat.

Comme sur d’autres sujets tout aussi importants, cette décision sent l’électoralisme car il s’agit à l’évidence de donner satisfaction à une partie de nos concitoyens sensibles à ces questions avant l’élection présidentielle.

Cette façon empressée, précipitée, de transformer la signification d’une de nos grandes commémorations nationales, laisse la désagréable impression que le gouvernement ne souhaite pas, en tout cas, un véritable débat sur la politique de mémoire.

Il contribue même, en entretenant la confusion et le nivellement des évènements, à un travail de démolition des diverses mémoires.

Légiférer sereinement sur le sens à donner aux manifestations du souvenir aurait nécessité de débattre publiquement avec l’ensemble de la société, plus longuement et de manière plus approfondie.

Ce débat aurait pourtant toute sa raison d’être, comme je viens de le dire, puisqu’il permettrait d’évoquer tant de périodes, souvent douloureuses de notre histoire, dont les causes et la signification sont différentes.

Et je puis en témoigner, en particulier dans une région comme la mienne qui a tant souffert.

Dans ces conditions, la décision du Président de la République de fixer au 11 novembre la commémoration de tous les « morts pour la France » pour donner plus de solennité à ces cérémonies, comme vous le suggérez monsieur le ministre, et permettre d’inclure les soldats tombés en opérations extérieure en reliant par le souvenir toutes les générations du feu, cette décision n’est pas, à notre avis, à la hauteur des valeurs qu’elle pourrait mettre en cause.

Par ailleurs, l’Assemblée nationale a renforcé l’obligation d’inscrire ces sur les monuments aux morts de nos communes, et notre commission des Affaires étrangères et de la Défense a, à juste titre pour dissiper tout malentendu, clairement rajouté à la loi que cet hommage transformé ne se substituait pas aux autres journées de commémoration nationale.

Mais pourtant des questions importantes surgissent et des problèmes de fond n’ont pas été clairement tranchés par les débats à l’Assemblée ni dans notre commission.

Car le diable se cache dans le détail.

La modification du caractère mémoriel de la commémoration du 11 novembre, en rendant hommage à l’ensemble des « morts pour la France » et en amalgamant, de fait, les dates et les conflits, risque d’accréditer l’idée qu’au final peu importe les raisons pour lesquelles des militaires et des civils ont perdu la vie, et en même temps de faire perdre sa spécificité à cette commémoration.

Est-ce le meilleur moyen faire vivre le devoir de mémoire et d’entretenir le souvenir ?

La Première Guerre mondiale est, par le drame qu’elle a représenté, un élément fondateur du siècle dernier.

Sa dimension est aussi historique par le nombre d’Etats qui ont été engagés dans ce conflit. Sa dimension inédite, c’est également d’avoir redessiné la carte de l’Europe et profondément influencé l’histoire géopolitique du XXe siècle.

Mais le 11novembre doit, peut-être avant tout, rester l’évocation de ce terrible carnage qui a touché toutes les familles françaises et fait plus de dix millions de morts de toutes nationalités, dont un million et demi de jeunes français, si bien dépeint dans « Le Feu » d’Henri Barbusse.

De ce conflit particulier, nous devons continuer de tirer les enseignements.

Il y a donc un grand risque, en confondant les mémoires et les évènements, en amalgamant des engagements multiples qui n’ont pas la même portée historique et humaine, de tout fondre dans une même condamnation abstraite de la guerre qui empêche de réfléchir sur les causes.

En ne distinguant plus les choses, en confondant les conflits, on aboutit à une vision aseptisée de l’Histoire et de la mémoire collective, qui ne permet plus de comprendre le passé et de construire lucidement l’avenir.

Je ne remets bien sûr nullement en cause la forte légitimité de la mention « mort pour la France » portée sur les actes de décès. Un soldat, qui a été envoyé par le gouvernement de la République, est toujours tué au nom de la France.

En revanche, je conteste l’idée que tous les conflits soient de même nature et qu’ils puissent être mis sur le même plan. Tous les conflits dans lesquels la France a été engagée n’ont pas toujours délivré le même message de défense de nos valeurs et de notre sécurité à l’extérieur des frontières.

Et je doute vraiment que ce soit ce message qui ait été délivré par le corps expéditionnaire envoyé en Indochine, par le bataillon français qui a combattu en Corée dans les années cinquante, ou bien encore lors de la période de la décolonisation.

Autant nous sommes d’accord pour rendre un hommage particulier aux soldats qui, dans ce qu’on appelle aujourd’hui « les opérations extérieures » sous mandat de l’ONU oeuvrent pour le respect du droit international et assurent le maintien de la paix, autant nous refusons de mélanger tous les conflits en un même souvenir pour les raisons que je viens d’exposer.

Cet amalgame risquerait d’ailleurs, au fil des ans d’ôter leur signification aux autres cérémonies commémoratives et d’altérer le contenu du nécessaire devoir de mémoire qui est aujourd’hui en jeu avec la disparition des derniers témoins.

Cette confusion et cette dilution des mémoires combattantes aurait aussi pour effet d’endormir la vigilance des jeunes générations pour que ne se répète pas les tragédies de l’Histoire.

Parce que nous pensons que ce projet de lois recèle des arrière-pensées et de graves ambiguïtés, nous ne le voterons pas.


INTERNATIONAL : L’absence de programmation financière est la principale lacune du texte

Politique de développement et de solidarité internationale (conclusions de la CMP)

Par Evelyne Didier / 23 juin 2014

ANCIENS COMBATTANTS : Le temps est venu d’un geste symbolique de la nation envers ces hommes

Réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la guerre de 1914-1918

Par Michel Billout / 19 juin 2014

ANCIENS COMBATTANTS : Lucien Bersot, exécuté pour n’avoir pas voulu porter le pantalon tâché de sang d’un camarade

Réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la guerre de 1914-1918

Par Michelle Demessine / 19 juin 2014

ANCIENS COMBATTANTS : Que ces martyrs de la Grande Guerre, grande par l’horreur et l’effroi, soient enfin rétablis dans leur honneur et leur dignité

Réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la guerre de 1914-1918

Par Guy Fischer / 19 juin 2014

INTERNATIONAL : Le développement économique, social et culturel est le terreau de la paix et de la sécurité

Politique de développement et de solidarité internationale

Par Michel Billout / 26 mai 2014

SOCIETE : Un fléau malheureusement universel

Convention européenne contre les violences à l’égard des femmes

Par Laurence Cohen / 5 mai 2014

SOCIETE : Un instrument international qui vise à la prévention des violences, à la protection des victimes et à la poursuite des auteurs des faits

Convention européenne contre les violences à l’égard des femmes

Par Brigitte Gonthier-Maurin / 5 mai 2014

INTERNATIONAL : La première urgence est sécuritaire et humanitaire

Video

Prolongation de l’Intervention armée en Centrafrique

Par Michelle Demessine / 25 février 2014

DEFENSE : Pas de différence assez nettement affirmée avec la politique menée par le précédent président de la République

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019 (deuxième lecture)

Par Michelle Demessine / 10 décembre 2013

DEFENSE : Nous déplorons la réduction drastique des effectifs

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019 : explication de vote

Par Michelle Demessine / 21 octobre 2013

DEFENSE : La réintégration de la France dans les structures de commandement de l’Otan n’est pas remise en cause

Programmation militaire pour les années 2014 à 2019

Par Michelle Demessine / 21 octobre 2013

DEFENSE : Une étape décisive d’un long processus

Traité sur le commerce des armes

Par Michelle Demessine / 8 octobre 2013

ENVIRONNEMENT : Le captage-stockage du CO2 n’est pas une solution prometteuse

Convention OSPAR pour la protection du milieu marin de l’Atlantique du Nord-Est

Par Evelyne Didier / 2 juillet 2013

DEFENSE : C’est d’abord aux pays dotés de l’arme nucléaire de donner l’exemple

Accord avec l’Agence internationale de l’énergie atomique

Par Michelle Demessine / 2 juillet 2013

INTERNATIONAL : Un pari risqué et une mise en œuvre aléatoire

Traité d’amitié et de coopération entre la France et l’Afghanistan

Par Michelle Demessine / 18 juillet 2012

INTERNATIONAL : Il n’est pas question d’accepter de prêter main-forte à des régimes qui veulent préserver leurs émirats pétroliers de toute contestation sociale

Accord de coopération en matière de sécurité intérieure entre la France et les Emirats arabes unis

Par Michelle Demessine / 18 juillet 2012

ANCIENS COMBATTANTS : Un texte qui permet la continuité du devoir de mémoire

Conseil national des communes « Compagnon de la Libération »

Par Michelle Demessine / 28 février 2012

ANCIENS COMBATTANTS : Une même condamnation abstraite de la guerre qui empêche de réfléchir sur ses causes

Commémoration le 11 novembre de tous les morts pour la France : conclusions de la CMP

Par Cécile Cukierman / 13 février 2012

INTERNATIONAL : Une guerre aventuriste que le mandat de l’ONU ne peut justifier

Prolongation de l’intervention militaire en Libye

Par Michelle Demessine / 12 juillet 2011

DEFENSE : Une transposition dangereuse pour la pérennité de nos industries de défense

Contrôle des importations et des exportations de matériels de guerre (deuxième lecture)

Par Guy Fischer / 8 juin 2011

DEFENSE : L’incapacité des nouveaux instruments institutionnels du traité de Lisbonne à poursuivre la mise sur pied d’une défense européenne

Traité avec la Grande-Bretagne et l’Irlande du nord relatif à des installations radiographiques et hydrodynamiques

Par Michelle Demessine / 3 mai 2011

SOCIETE : Un moyen détourné de faire face au désengagement de l’Etat

Réserves militaires et civiles

Par Michelle Demessine / 30 mars 2011

DEFENSE : Une libéralisation inacceptable des ventes d’armes

Contrôle des importations et des exportations de matériels de guerre

Par Michelle Demessine / 1er mars 2011

DEFENSE : Le développement de nouvelles forces nucléaires augmente la menace internationale

Lutte contre la prolifération des armes de destruction massive

Par Michelle Demessine / 1er mars 2011

Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
Decor
Michelle DEMESSINE
Sénatrice du Nord

Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées

Secrétaire du Sénat

Decor
  • jeudi 24
    09h30 : Loi d’avenir pour l’agriculture (conclusions de la CMP)
Intranet
Haut de page