Sénateurs du groupe CRC
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
  • Mediatheque
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC-SPG expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer au sein de la nouvelle majorité sénatoriale.

FAMILLE

Votre politique porte atteinte aux droits fondamentaux de l’enfant

Petite enfance

Par Eliane Assassi / 25 mai 2011

Monsieur le président, madame la secrétaire d’État, mes chers collègues, je ne vous étonnerai guère en vous disant que je partage totalement le constat dressé par mon amie Isabelle Pasquet. Dans mon département, la Seine-Saint-Denis, on mesure en effet au quotidien les effets désastreux de votre politique tant familiale qu’économique, madame la secrétaire d’État.

La Caisse d’allocations familiales de la Seine-Saint-Denis peine ainsi, faute de personnels en nombre suffisant, à maintenir un service public de bonne qualité, au point que, très récemment, de nombreux établissements ont été contraints de fermer leurs portes au public afin de pouvoir traiter les dossiers en retard, ce qui constitue une première.

Or, si les dossiers s’accumulent, c’est certes parce que, comme je viens de le souligner, le personnel est en nombre insuffisant, mais également parce que les besoins des populations de ce département, qui sont particulièrement fragilisées du point de vue social, augmentent au fur et à mesure que la crise s’installe.

Le reproche unanimement formulé à notre pays par les associations et les instances internationales, c’est qu’il manque d’une politique globale et coordonnée, destinée à protéger les plus jeunes.

Compte tenu du faible temps qui m’est imparti, je souhaiterais intervenir sur trois sujets.

J’aborderai tout d’abord la lutte contre la pauvreté infantile.

Celle-ci résulte naturellement de la situation de précarité, et parfois de grande pauvreté, dont sont victimes les parents. Selon un rapport sur le « bien-être des enfants dans les pays riches » publié par l’UNICEF en 2007, la France occuperait la seizième place sur les vingt et un pays que compte l’OCDE. Plus récemment, dans le rapport intitulé Précarité et protection des droits de l’enfant, remis en 2010 par la Défenseure des enfants, il est précisé que « les résultats en termes de réduction de la pauvreté des enfants et des familles pauvres ne sont pas probants et montrent une aggravation des discriminations sociales de toutes sortes ».

Mme Dominique Versini soulignait d’ailleurs, dans son dernier discours, prononcé à l’occasion de l’annonce de la suppression de sa fonction, que notre pays comptait deux millions d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté. Ce sont évidemment eux qui cumulent les plus grandes difficultés – on pense au logement -, ce qui a de lourdes conséquences sur leur santé.

M. René-Pierre Signé. Elle a raison !

Mme Éliane Assassi. Selon la Fondation Abbé Pierre, notre pays compterait 600 000 enfants mal logés. Parmi eux se trouvent toutes celles et ceux qui, selon cette même fondation, vivent dans les quelque 400 000 logements indignes recensés dans notre pays.

Les conséquences du mal-logement sur les jeunes enfants sont connues. Ils souffrent, davantage que les adultes et les enfants de plus de six ans, du saturnisme lié à la présence de plomb dans les anciennes peintures ou les tuyauteries, de pathologies respiratoires graves et d’infections dermatologiques dues notamment à des problèmes de ventilation ou de chauffage. Nous pourrions également ajouter les cas d’accidents domestiques résultant de la vétusté des installations électriques.

Aussi la réduction des logements insalubres et l’augmentation de la construction de logements sociaux, en particulier de logements très sociaux, constituent-elles des priorités. Or le Gouvernement ne prend pas la mesure de l’urgence de la situation. Par exemple, il ne cesse de diminuer la part du financement étatique de l’aide à la pierre apportée par les départements, alors que, rappelons-le, il manque au bas mot 900 000 logements sociaux en France.

M. Ronan Kerdraon. C’est vrai !

Mme Éliane Assassi. Le deuxième point que je souhaiterais aborder concerne le sort que notre pays réserve aux enfants issus de l’immigration.

Je passe rapidement, faute de temps, sur les propos scandaleux de Claude Guéant, qui n’hésite pas à les stigmatiser et à les humilier en affirmant qu’ils sont responsables de deux tiers des échecs scolaires…

Mme Gisèle Printz. C’est faux !

M. Ronan Kerdraon. C’est scandaleux !

Mme Éliane Assassi. En plus d’être scandaleuse, cette affirmation est bien évidemment fausse.

Je voudrais en revanche m’arrêter sur les évolutions récentes et continues de la politique migratoire que mène votre gouvernement, madame la secrétaire d’État, qui entraînent d’importantes violations, par notre pays, de la convention internationale des droits de l’enfant ; je pense, par exemple, à la disposition qui garantit le droit des enfants à vivre unis avec leurs deux parents.

En la matière, nous partageons pleinement l’analyse de Mme Versini, selon laquelle « les difficultés des enfants étrangers », qu’ils soient isolés ou en famille, en situation régulière ou irrégulière, « sont d’autant plus d’actualité que le discours politique et la politique d’immigration se durcissent ».

À cet égard, je voudrais rappeler qu’il n’est pas acceptable que des jeunes enfants étrangers soient privés de liberté en raison de la situation administrative de leurs parents. Je vise ceux qui sont retenus en zones d’attente et ceux qui sont dans les centres de rétention administrative.

Ce phénomène connaît une véritable explosion. Alors que 162 enfants étrangers étaient placés en rétention administrative par l’État français en 2004 – c’est déjà beaucoup –, ils étaient 318 en 2009, et, pour cette seule année, 698 mineurs se trouvaient effectivement en zone d’attente, et ce en totale violation de la convention internationale des droits de l’enfant, plus particulièrement de son article 19.

Dernier point, et en conclusion, je voudrais aborder l’aspect éducatif. Comme vous le savez, le taux de scolarisation des enfants âgés de moins de trois ans a considérablement chuté. La Cour des comptes dans son rapport du 10 septembre 2008 sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale constatait déjà une baisse de 27 %. Elle soulignait également que certains départements étaient plus touchés que d’autres. Tel est le cas de la Seine-Saint-Denis où, le 30 juin 2005, 645 enfants âgés de plus de trois ans étaient en crèche, faute de place à l’école maternelle. Et, depuis, la situation n’a cessé de se dégrader.

Pourtant, comme l’indiquait la Cour des comptes, « Cette évolution apparaît peu cohérente au regard de la bonne utilisation de l’argent public : le coût par enfant est moindre s’il est accueilli en maternelle plutôt qu’en EAJE », c’est-à-dire en établissements d’accueil du jeune enfant, « 13 368 euros en 2006 en EAJE, contre 4 570 euros en maternelle, hors périscolaire. »

Le phénomène est également dommageable du point de vue pédagogique, puisque cet accueil permet aux jeunes enfants de se développer dans un cadre collectif qui contribue, par ailleurs, à la lutte contre les inégalités sociales.

Cette politique, qui s’apparente en réalité à un transfert de coûts de l’État vers les familles, n’est d’ailleurs pas sans incidence sur la réussite scolaire des enfants.

À l’image de notre collègue Isabelle Pasquet, les sénatrices et sénateurs du groupe CRC-SPG dénoncent ce qui s’apparente à une non-politique de l’enfance.

Madame la secrétaire d’État, vos décisions injustes socialement et contre-productives économiquement portent atteinte au développement et aux droits des jeunes enfants, ce que nous ne pouvons accepter.


POLITIQUE : Aucun vernis social ne pourra masquer l’ancrage libéral du pacte dit de responsabilité

Déclaration de politique générale

Par Eliane Assassi / 9 avril 2014

SANTE ET PROTECTION SOCIALE : L’hôpital n’est pas une entreprise comme une autre

Bilan des 35 heures à l’hôpital

Par Laurence Cohen / 27 février 2014

TRANSPORT : Le fruit d’un investissement public fort

Avenir des infrastructures de transport

Par Laurence Cohen / 6 février 2014

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : L’égalité de traitement n’est toujours pas acquise

Evolution des péréquations communale, intercommunale et départementale

Par Eric Bocquet / 6 février 2014

SOCIETE : Nous défendons la nécessité d’une maîtrise publique du secteur

Droit à l’eau

Par Evelyne Didier / 5 février 2014

SOCIETE : Un bien commun inaliénable, et non une simple marchandise

Droit à l’eau

Par Christian Favier / 5 février 2014

CULTURE ET MEDIAS : Il s’agit au fond de défendre la diffusion d’oeuvres dites confidentielles que les multiplex ne trouvent pas assez rentables

Avenir de l’exploitation cinématographique indépendante

Par Michel Le Scouarnec / 5 février 2014

CULTURE ET MEDIAS : Le cinéma français et ses mécanismes originaux de financement doivent être jour après jour défendus

Avenir de l’exploitation cinématographique indépendante

Par Pierre Laurent / 5 février 2014

DROITS DE L’HOMME : Le viol, une arme de crimes contre l’humanité

Violences sexuelles faites aux femmes du fait des conflits armés

Par Michelle Demessine / 5 février 2014

DROITS DE L’HOMME : Face à cette barbarie, la communauté internationale est restée trop longtemps muette

Violences sexuelles faites aux femmes du fait des conflits armés

Par Brigitte Gonthier-Maurin / 5 février 2014

ENERGIE : Le choix d’une maîtrise publique de la politique énergétique

Production énergétique en France

Par Cécile Cukierman / 23 janvier 2014

ECONOMIE : Un nouveau coup à la souveraineté nationale et à la démocratie

Négociations commerciales transatlantiques

Par Michel Billout / 9 janvier 2014

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : Le PLU intercommunal, une compétence obligatoire ?

Avenir de l’organisation décentralisée de la République

Par Michel Le Scouarnec / 7 janvier 2014

DEFENSE : Cette loi a incontestablement créé un mécanisme trop restrictif

Indemnisation des victimes des essais nucléaires français

Par Michelle Demessine / 7 janvier 2014

EUROPE : Le gouvernement ne peut assister sans rien faire à la catastrophe industrielle qui s’annonce à EADS

Conseil européen des 19 et 20 décembre 2013 : débat interactif

Par Michel Billout / 11 décembre 2013

EUROPE : Une révision insuffisante de la directive relative aux travailleurs détachés

Conseil européen des 19 et 20 décembre 2013 : débat interactif

Par Annie David / 11 décembre 2013

EUROPE : Le Conseil est bien loin du quotidien des citoyens

Conseil européen des 19 et 20 décembre 2013

Par Michel Billout / 11 décembre 2013

Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
Decor
Éliane ASSASSI
Sénatrice de Seine-Saint-Denis, présidente du groupe CRC

Présidente du groupe CRC

Membre de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale

Elue le 26 septembre 2004

Decor
  • lundi 28
    16h00 : Accessibilité pour les personnes handicapées
  • mardi 29
    09h30 : Questions orales au gouvernement
  • 14h30 : Réexamen d’une condamnation pénale définitive
  • 18h30 : Encadrement des stages
  • mercredi 30
    14h30 : Gestes de premiers secours dans la préparation du permis de conduire
Intranet
Haut de page