A Flers, à cause d’une fuite d’eau invisible, il doit payer une facture astronomique

Photo of author
Written By Charlotte Sander

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

Dans sa maison de Flers (Orne), Rachid Ait Tahar a dû faire face à une fuite d’eau. Les conséquences sont épouvantables sur son compte, dont le montant à payer est à quatre chiffres.

Auteur : Lucas Rapi

Publié le 1er juillet 22 à 19h00

Factures d’eau entre 60 € et 80 €. Et puis une douche froide suit en mai 2022. A Flers (Orne), Rachid Ait Tahar reçoit une facture à quatre chiffres. L’aqueduc lui réclame pas moins de 5 762 euros.

Alerté par un courrier

Alerté par un courrier

Une somme astronomique, que le jeune retraité ne peut se permettre autrement qu' »en vendant [sa] maison ». Mais comment le compte a-t-il pu croître si rapidement ? Pour comprendre, il faut revenir un peu en arrière.

En 2015, mon père est tombé amoureux d’une petite maison à Flers. Il est originaire de l’Essonne en région parisienne et passe du temps en Normandie pendant ses vacances. Fin 2021, l’assistante hospitalière du service de pédiatrie prendra sa retraite et décidera de s’installer définitivement dans un nouveau domicile.

Il reçoit rapidement un relevé de la compagnie des eaux qui fait état d’une consommation excessive. « Nous envoyons 500 courriers par an, mais la plupart restent sans réponse », explique Jean-Christophe Desmonts, directeur de l’eau et de l’assainissement à Flers Agglo. Mais ces avertissements ne sont pas toujours synonymes de fuites d’informations. « Il peut s’agir de remplir une piscine ou un foyer qui s’est agrandi. C’est quelque chose que nous avons beaucoup vu pendant le confinement », ajoute-t-il.

A ses côtés, Christelle Bellenger, responsable du service client, rappelle que l’envoi d’une lettre de dépassement n’est pas une obligation et qu’il s’agit d’un service supplémentaire proposé par l’agglomération.

Une fuite sous terre

Une fuite sous terre

Mais dans le cas de Rachid Ait Tahar, l’excès ne peut qu’expliquer la fuite.

Il appelle alors le plombier qui l’informe du problème.

La fuite n’est pas visible. C’est dans un tuyau souterrain.

Pourtant, le père de famille met dans un premier temps cette fuite de côté. En effet, au même moment, sa fille venait de rentrer à l’hôpital pour se faire opérer d’une autre tumeur. « Ma priorité, c’était elle », souffle-t-il. « Elle pleurait toutes les nuits. »

Une facture de dépassement tombe en mai. Le retraité tente d’aborder les démarches administratives, mais tourne vite en rond. La conduite d’eau de Flers Agglo la dirige vers le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). « J’y suis allé, mais je savais déjà que je n’étais pas apte. Sans surprise, le CCAS lui confirme qu’il n’a rien à faire ici et le renvoie vers l’association et son président, Yves Goasdoué. Retour au début.

J’ai écrit une lettre au président Flers Agglo il y a une semaine, mais je n’ai pas de réponse.

Un dégrèvement impossible ?

Un dégrèvement impossible ?

Pour tenter d’être interpellé par Yves Goasdoué, il a organisé un rendez-vous avec le maire de Flers… Second poste d’Yves Goasdoué.

Aujourd’hui, le retraité espère une réduction.

Si je dois décider de payer cette facture, je dois vendre ma maison.

Coeur à lui qui espérait y vivre une paisible retraite. Mais cette demande a peu de chances d’aboutir. « La fuite n’a pas été réparée », a déclaré Jean-Christophe Desmonts. Le retraité avance la complexité du métier. « Nous devrons tout creuser ou mettre un autre tuyau, plus exposé. » » Des réparations à coût élevé. Si l’on se réfère à la législation, les secours restent impossibles pour l’aider à payer la facture.

La seule lueur d’espoir est la possibilité d’un « geste politique d’agglomération », explique Gilles Rabache, vice-président de l’alimentation en eau potable de l’établissement. Mais une telle décision incitera les élus à se demander s’ils enfreindront les règles qui encouragent tout le monde à être traité de manière égale devant la loi.

Le budget de l’approvisionnement en eau est équilibré. Cela signifie que les coûts de son fonctionnement sont couverts par les factures des consommateurs.

Une dizaine de cas similaires par an

Une dizaine de cas similaires par an

Il est clair que si l’un des utilisateurs ne s’acquitte pas de la somme, le réseau peut se dégrader et affecter ainsi les autres utilisateurs.

En attendant que son histoire se déroule, Flérien vit toujours dans sa maison, mais il a dû se décider à colmater la fuite en coupant l’eau. « J’ai un puits qui me permet d’enlever quelque chose, mais ce n’est pas très propre. Je ne l’utilise pas pour un usage domestique », dit-il.

Une facture d’une telle somme n’est pas si courante, mais c’est loin d’être un cas isolé. Chaque année, l’agglomération compte une dizaine de dossiers avec des montants similaires à régler. Dès lors, mieux vaut ne pas oublier de vérifier souvent son installation, même si tout semble aller pour le mieux. « L’abonné doit vérifier régulièrement son compteur. Idéalement une fois par mois. C’est comme vider une voiture, ce n’est pas le garage qui vous appellera pour venir les voir », résume Christelle Bellenger.