Calmont : Rencontre avec Pierre Sambres avec du poisson-chat

Photo of author
Written By Charlotte Sander

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

Publié le 08.01.2021 sur 05:09

, Mise à jour

à 07:40

Au fil du temps, la pêche est devenue un passe-temps auquel Pierre Sambres s’adonne régulièrement, mais depuis plusieurs années il privilégie la pêche au silure, qui est devenu son compagnon de jeu, vingt kilos et 1,35 m de long. Ce n’est certes pas son record, mais il en éprouve toujours autant de satisfaction.

Comment êtes-vous devenu pêcheur ?

Dès l’âge de 5 ans, j’ai suivi mon grand-père et mon père sur les rives du sien. C’est à leurs côtés que j’ai appris à aimer la pêche et la nature. Depuis je n’ai cessé de taquiner, le plus souvent seul, poissons blancs et truites dans l’Hers mais aussi dans les ruisseaux de montagne, Ariège, Aude ou Tarn.

Le poisson-chat a colonisé Hers vers l’an 2000 et n’a cessé de se propager depuis. C’est un prédateur opportuniste, un prédateur qui se nourrit de petits poissons au point qu’avec le cormoran, il met en danger la faune aquatique indigène. Vous pouvez même les voir sous le pont, prêts à sauter sur un pigeon. La pêche n’est soumise à aucune règle particulière et donne la possibilité de pêcher de gros poissons près de chez soi toute l’année.

Quelle est la particularité de cette pêche ?

Est-ce qu’un silure peut manger un chien ?

Est-ce qu'un silure peut manger un chien ?

Elle est très technique, mais aussi physique et nécessite un équipement spécifique. J’utilise une canne carbone avec fil tressé d’une résistance de 65 kg, des appâts vivants ou un leurre de pêche factice. Je chausse des cuissardes hautes, les waders, pour me déplacer dans l’eau ou je me laisse dériver sur un siège flottant, le float tube, tout en frappant la surface de l’eau avec un clonck, un appareil qui émet des sons qui stimulent la curiosité des silures . Une fois accro, je dois le porter, parfois longtemps, avant de pouvoir le porter à la bouche avec des gants. Depuis 2003 j’en ai capturé une cinquantaine, dont un de 57 kg et 2,13 m.

La publication n’est ni interdite ni obligatoire. Je n’en garde que quelques-uns, les plus petits dont la viande de filet est comestible, même si fade. L’assaisonner avec une sauce tomate provençale est très bon, mais tout le bonheur est dans le poisson lui-même.

Est-ce qu’un silure peut manger un enfant ?

Tous les prédateurs ont à leur manière des caractéristiques physiologiques qui peuvent les aider à échapper au danger. C’est avec le brochet que l’on risque le plus, il a des centaines de dents acérées, celles-ci se cassent facilement, mais elles repoussent tout au long de la vie du poisson.

Où vit le silure ?

Où vit le silure ?

Le poisson-chat peut avaler un petit chien, il n’attaque pas gratuitement. Au moins, il défend sa progéniture, s’il sent le danger. L’animal n’a pas de dents, mais il avale facilement des poissons, des mollusques, des crustacés, des mammifères et des oiseaux.

Le poisson-chat est-il dangereux ? Le biologiste Yvon Crettenand a confirmé qu’il s’agissait bien d’un poisson-chat. Il souligne que le poisson « indésirable car il concurrence les espèces locales, ne représente aucun danger pour l’homme (…) les dents d’un poisson-chat sont très petites et ne peuvent en aucun cas déchirer la chair », précise-t-il.