Cette cagnotte fiscale de 50 milliards d’euros finance la loi sur le pouvoir d’achat

C’est une copie qui sera scrutée par l’opposition reçue aujourd’hui par la Première ministre, Elisabeth Borne. Le projet de loi de réforme des finances, le PLFR est prêt et l’exécutif le transmet aux conseils supérieurs des finances publiques, comme il est de tradition.

Une croissance revue à la baisse : 2,5 % pour 2022

Du côté des mauvaises nouvelles, notons cette révision à la baisse des prévisions de croissance de l’économie française. Sur les 4% prévus par la dernière loi de finances, le gouvernement est passé à 2,5% pour cette année. En cause, la guerre en Ukraine, qui a ralenti l’économie et fait grimper un peu plus les prix du carburant, mais aussi le virus omicron en début d’année qui limite l’activité.

Autre élément qui a ralenti la dynamique de la reprise : la stratégie « zéro covid » de la Chine, et les restrictions décidées ce premier semestre, ébranlant les chaînes d’approvisionnement et provoquant des retards d’approvisionnement.

Dans ce contexte sanitaire international mais instable – particulièrement marqué par le virus qui revient actuellement en Europe – l’incertitude du climat des affaires reste élevée et c’est donc avec prudence que le gouvernement a affiché sa croissance de 2,5 %.

Une économie française qui résiste face à l’inflation

Néanmoins, selon l’exécutif, les fondamentaux de l’économie se maintiennent bien. Avec une croissance de 2,5 %, la France est l’un des pays les plus performants de la zone euro.

De même, la France aura l’inflation la plus faible cette année. Le gouvernement s’attend à ce que les prix à la consommation augmentent en moyenne de 5 %. Prévision légèrement inférieure à la prévision de l’INSEE, qui table sur 5,5 % en moyenne annuelle. Mais cette différence, précise Bercy, est due au prix de référence du baril de pétrole choisi pour faire le calcul. L’Administration de l’Economie a retenu un baril d’environ 110 euros pour l’année 2022. Un peu plus pour l’Insee.

Des recettes en hausse

Des recettes en hausse

Mais il y a aussi de bonnes nouvelles. Le premier est un uniforme de travail. Certes, le nombre d’emplois créés ralentira sensiblement au cours du second semestre, mais l’économie française continuera d’afficher un bilan positif tout au long de cette année. Alors que près de 80 000 emplois ont été créés au premier trimestre, un total de 115 000 seront atteints d’ici la fin de l’année. Ces emplois sont d’autant plus importants qu’ils permettent de percevoir des recettes sociales (cotisations) mais aussi des recettes fiscales, via l’impôt sur le revenu. Et limiter le montant des allocations à verser, via l’assurance-chômage ou les minima sociaux.

Selon le gouvernement, la consommation devrait également tenir, ce qui permettra également aux fonds d’entrer dans les caisses de l’État. La reprise du trafic aérien, du tourisme international permettra également de dynamiser les recettes de TVA de la France.

Sans oublier enfin des recettes supérieures aux prévisions du côté de l’impôt sur les sociétés. Remerciements particuliers au mécanisme du solde 2021 versé en 2022. Cet ensemble permettra, selon les calculs gouvernementaux, à l’État de percevoir jusqu’à 50 milliards de recettes en 2022, soit. plus que le budget de l’Éducation nationale. C’est 2% du PIB.

Pas de réduction de la dette en vue

Pas de réduction de la dette en vue

Mais loin de réduire la dette de la France, qui restera à 111,9% en fin d’année, Bercy affectera cet excédent de dépenses pour combler les pertes. L’objectif : maintenir la prévision initiale de déficit, autour de 5%.

Cet excédent de trésorerie – certains peuvent le considérer comme un chat, mais le gouvernement rejette le terme – servira principalement à payer les mesures de pouvoir d’achat que le gouvernement compte introduire par voie de loi, le 6 juillet, en Conseil des ministres. . Au menu, revalorisation de 3,5 % de la rémunération des fonctionnaires, soit 4 % des pensions de retraite, maintien du bouclier tarifaire sur l’essence jusqu’en décembre prochain ou prolongement de la ristourne de 18 centimes d’euros le litre. Bercy n’a pas voulu communiquer mardi le coût exact de ces mesures, mais les premières estimations tournent autour de 25 à 30 milliards d’euros.

Dans le contexte politique, affecter cette plus-value à de nouvelles dépenses, même pour maintenir le pouvoir d’achat des Français, provoquera sûrement des réactions à droite comme à gauche. Les républicains insisteront pour que ces 50 milliards supplémentaires soient utilisés pour réduire la dette. A gauche, les Nupes y verront une opportunité d’augmenter encore le paquet de pouvoir d’achat, déjà jugé insuffisant.

Newsletter – La Tribune 12h

Newsletter - La Tribune 12h

Du lundi au vendredi, votre rendez-vous de midi avec

Merci pour votre inscription !

toute l’actualité économique

Dernière étape : confirmez votre inscription dans le mail que vous venez de recevoir.

Pensez à vérifier vos courriers indésirables.

Inscription à la newsletter La Tribune 12h

A très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,

Rédaction de La Tribune.

Inscription à La Tribune 12h

Tous les jeudis, les dernières nouvelles

Connexion à mon compte

Dans votre boîte aux lettres à 9h.

Merci pour votre inscription !

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter?

Vous êtes déjà inscrit !

Du lundi au vendredi, votre rendez-vous de midi

Réinitialisez votre mot de passe

avec toute l’actualité économique

Email envoyé !

je n’ai pas encore de compte

A très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,

Rédaction de La Tribune.

Retrouvez toutes les newsletters de La Tribune

Quels sont les modes de financement de l’État ?

La rédaction de La Tribune

Saisissez l’adresse e-mail fournie lors de la création de votre compte,

Quels sont les différents types de financement ?

vous recevrez un e-mail avec vos informations de connexion.

  • L’e-mail contient vos informations de connexion envoyées.
  • A très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
  • Rédaction de La Tribune.
  • Abonnez-vous à la newsletter
  • Le Stand à 12h
  • Pour une personne seule (1 part) dont le revenu imposable est de 30 000 €, l’impôt dû est de 2 921,95 €. Le montant de l’impôt 2022 sur les revenus 2021 est calculé sur la base de tranches correspondant à des taux d’imposition (de 0 à 45%). Impôt total : 2 921,95 €, soit 9,74 % de son revenu net imposable.
  • Financement en fonds propres : pour financer son budget, l’État dispose de ressources qui représentent plus de 90 % des recettes fiscales. Le solde budgétaire du gouvernement est utilisé pour déterminer sa situation financière. Si les recettes de l’État dépassent ses dépenses, le budget de l’État est excédentaire.
  • Quels sont les deux modes de financement ? Pour financer sa création ou son développement, une entreprise peut recourir à deux grandes catégories de capitaux : les fonds propres et quasi-fonds propres, apportés par les associés de l’entreprise ou l’entrepreneur individuel, ou les financements externes, qui proviennent d’institutions financières.

Quels sont les impôts indirects ?

Parcourez les différents types de financement et renseignez-vous avant de faire votre choix.

Un emprunt. …

Accueil Administration Cette cagnotte fiscale de 50 milliards d'euros finance la loi sur le...