Comment fonctionne l’hébergement web écologique ?

Photo of author
Written By Charlotte Sander

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

L’internet a largement dépassé son stade naissant et connaît une croissance exponentielle à des taux jamais vus auparavant. Le contenu généré par l’utilisateur est passé du simple texte à de multiples formats multimédias, notamment audio et vidéo.

Tout ce contenu est hébergé sur des serveurs, dont la plupart sont situés dans des centres de données.

Ces énormes installations abritent des rangées et des rangées de serveurs qui gèrent tout, des sites web d’entreprise aux blogs personnels. Ces serveurs doivent être maintenus en fonctionnement dans des environnements contrôlés et refroidis. Ils consomment donc beaucoup d’énergie et produisent d’importantes émissions de dioxyde de carbone (CO2). Cela les rend moins qu’optimaux pour notre environnement.

Comment savoir si votre hébergeur est écologique ?

Pour le développeur de contenu moyen, un fournisseur est généralement utilisé comme un serveur web. Depuis le confort de nos maisons ou de nos bureaux, nous nous inscrivons, payons et gérons le contenu numériquement sans même mettre les pieds dans un centre de données, alors comment cela nous affecte-t-il ?

Tout cela nous ramène au fait qu’en fin de compte, c’est toujours nous qui déterminons l’utilisation du centre de données. Même si nous nous inscrivons auprès d’un fournisseur d’hébergement web, par exemple, ce service d’hébergement web doit toujours héberger des équipements dans un centre de données.

Comparer l’hébergement web vert

Web Host Green Certification Shared Plan
GreenGeeks REC $2.49/mo
A2 Hosting VER $2.99/mo
HostPapa REC $2.95/mo
Acorn Host REC $8.95/mo
DreamHost VER $2.59/mo
Eco Hosting (UK) VER £2.50/mo

Qu’est-ce que l’hébergement web vert ?

L’hébergement web vert désigne les serveurs web qui s’efforcent activement de mettre en œuvre des initiatives écologiques pour atténuer l’impact sur l’environnement.

Malheureusement, même les plus grandes entreprises d’hébergement web n’occuperont qu’une petite partie d’un centre de données.

Il est donc peu réaliste d’attendre d’eux qu’ils imposent aux centres de données des exigences en matière de respect de l’environnement. Mais heureusement, beaucoup d’entre eux ont compris que, même si c’est le cas, ils peuvent encore contribuer à la santé de l’environnement.

Le principal moyen par lequel les serveurs web contribuent à la protection de l’environnement est l’énergie renouvelable ou la compensation des émissions de carbone.

L’énergie renouvelable est produite à partir de ressources naturelles telles que la lumière du soleil, le vent ou même l’eau. Ceux-ci se renouvellent naturellement et leur conversion à l’utilisation ne nécessite pas la combustion de combustibles fossiles, d’où une énergie propre et très efficace.

Certificats d’énergie renouvelable (RECs)

Bien entendu, comme vous ne pouvez pas imposer cela à votre centre de données, l’alternative consiste à utiliser des certificats d’énergie renouvelable (REC) ou des crédits d’énergie renouvelable.
Les RECs sont générés par des entreprises spécialisées dans la création d’énergies renouvelables. En les achetant, un fournisseur d’hébergement web peut certifier qu’il a contribué à la production d’une certaine quantité d’énergie renouvelable. En retour, l’entreprise qui vend les RECs reçoit de l’argent pour couvrir ses coûts d’exploitation et investir dans d’autres initiatives en matière d’énergie verte.

Certificat de compensation carbone (VER)

Outre les RECs, l’autre option consiste à choisir les compensations de carbone, ou VERs, qui sont un autre type de programme. La principale distinction ici est que, alors que les RECs certifient que de l’énergie propre a été produite, les VERs certifient simplement que les gaz à effet de serre ont été réduits quelque part d’une quantité équivalente à celle indiquée sur le certificat.

La production annuelle de CO2 de l’Internet : quel est l’impact de tout cela ?
Plutôt que d’énumérer tout ce qui est lié et contribue à la production annuelle de CO2 de l’internet, examinons quelques exemples simples qui pourraient la rendre équivalente :

31 millions de voitures circulant dans le monde à un moment donné.
Un Boeing 747 qui fait 5 674 allers-retours sur la lune.
Les pays de Sri Lanka, Hong Kong, Singapour, les Philippines et la Mongolie réunis.
(* Source : Earth Times)

Selon l’Environmental Research Letters, on estime que les centres de données aux États-Unis seulement auront besoin d’environ 135 milliards de kWh d’ici 2020. Toutefois, la croissance de la consommation d’électricité des centres de données au-delà de 2020 est encore incertaine.

Outre les centres de données, les grandes entreprises d’électronique grand public ne font pas non plus assez d’efforts pour remédier à leur impact sur l’environnement :

Samsung a utilisé plus de 16 000 GWh d’énergie en 2016, dont seulement 1 % provenait d’énergies renouvelables.
Les leaders chinois des smartphones (Huawei, Oppo et Xiaomi) ont pris plus d’un quart des parts de marché mondiales au deuxième trimestre 2017, mais ont perdu sur l’engagement vert…
Les volumes mondiaux de déchets électroniques devraient dépasser les 65 millions de tonnes métriques en 2017.
(*Source : Greenpeace)