Covid-19 : avec la vague Omicron, les croisières partent en enfer

Photo of author
Written By Charlotte Sander

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

« La voix leur dit quand ils peuvent sortir prendre l’air. Ils se sentent complètement abandonnés à eux-mêmes. « Carla, une Italienne qui a voyagé pour la première fois sur le paquebot Virtuosa, n’est pas fâchée : en route vers le Qatar, son bateau de croisière marqué par la compagnie MSC a été stoppé net à Dubaï, le 31 décembre, à cause du Covid. Les voyageurs testés positifs ont été transférés au Queen Elizabeth, un hôtel reconverti en centre de quarantaine, où ils doivent passer dix jours avant d’être à nouveau testés afin de quitter le navire.

→ LIRE ENCORE. Les croisières reprennent la mer au milieu des vagues de Covid

Malheureusement, Carla et son mari ont été renvoyés chez eux, mais leur fils et leurs parents, qui ont été touchés, ont été remis à la reine Elizabeth. Bloqués dans leurs maisons, ils ne peuvent prendre l’air que 30 minutes par jour (un quart d’heure le matin et un quart d’heure l’après-midi). Lorsqu’elle est arrivée chez elle en Italie, Carla a insisté sur le sort des passagers qui étaient sous traitement et ne pouvaient plus obtenir de médicaments.

150 passagers bloqués dans le port de Gênes

150 passagers bloqués dans le port de Gênes

Les cas se multiplient. Lundi 3 janvier, un groupe de 150 passagers a été confirmé sain et sauf à bord du paquebot Grandiose (groupe MSC) à son arrivée dans le port de Gênes en provenance de Marseille. Selon les informations précédentes fournies par la société, tous les cas ne présentent aucun symptôme. Le Grandiose ne pourra quitter Gênes qu’après un nettoyage complet.

Selon les règles établies par la compagnie de croisière, tous les passagers âgés de 12 ans et plus (et jusqu’à 8 ans pour les croisières Ocean Cruises Red) doivent recevoir une dose complète pour pouvoir voyager. Et tous les passagers de 2 ans et plus doivent subir un examen négatif avant le voyage. Pendant le trajet, la température des voyageurs est vérifiée quotidiennement. Le test d’antigène est effectué au milieu et après le test de congé.

Sur les autres navires de la compagnie, toutes les activités ont été annulées, comme l’a expliqué le capitaine Francesco di Palma dans un communiqué le 3 janvier : « En lien avec notre santé et notre sécurité (…) et pour protéger et protéger la santé de Toutes les personnes, nous avons décidé de suspendre temporairement toutes les activités y compris les grands rassemblements, la danse en particulier dans les lieux fermés inaccessibles. Nous vous informons que vous pouvez participer à des spectacles de divertissement, profiter de la musique dans le salon et d’autres activités similaires. »

Sur les réseaux sociaux, de nombreux passagers se plaignent d’être enfermés chez eux sans eau, sans nourriture et sans information claire. Même les représentations théâtrales et autres activités ont finalement été annulées.

Fin de croisière

Fin de croisière

D’autres lignes sont concernées. En route vers les îles Canaries, près de 3 000 passagers de l’AIDAnova ont été relâchés, lundi 3 janvier, à Lisbonne alors que de nombreux bons cas ont été retrouvés à bord entre les passagers et l’équipage. Après des tentatives infructueuses pour remplacer de bons employés, Aida Cruises a décidé de mettre fin à la croisière.

Selon le quotidien italien La Repubblica, au moins 20 cas positifs ont été découverts sur le navire transatlantique Precious dans la ville de Buzios (Brésil), non loin de Rio de Janeiro. Tous les patients, ainsi qu’une quarantaine de sujets contacts, sont embarqués.

L’Association brésilienne des croisières maritimes, qui représente à la fois Costa et MSC Croisières, a annoncé lundi 3 janvier la suspension des voyages jusqu’au 21 janvier, en raison de « différences » sur l’utilisation des protocoles Covid. Les navires sur l’océan termineront leur voyage avant d’accoster.