Dix mois de prison pour un SDF qui a agressé un avocat à l’acide à Perpignan

Photo of author
Written By Charlotte Sander

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

Le 4 juillet 2022, un SDF est interpellé dans le centre de Perpignan soupçonné d’avoir jeté de l’acide au visage d’un avocat de la ville. Me Ramounet Valls vient de lui demander de ne pas se tenir devant l’immeuble familial. Le SDF se met en colère et rencontre son interlocuteur quelques heures plus tard devant son bureau en lui jetant de l’acide au visage.

Après un report, le procès a eu lieu mardi

Après un report, le procès a eu lieu mardi

Au bar, l’accusé parle calmement, presque froidement. Devant le président, cette mince silhouette de deux mètres assume qu’à ce moment-là elle a dit :

« Si tu veux te battre, je te laisse. »

Lorsque le magistrat lui demande pourquoi il a effectué ce geste, il assure que Ramounet Valls l’avait menacé avec un tournevis. L’argument est écarté par la victime, qui raconte : « Je suis restée 20 minutes avec un œil brûlant. » Maître Valls compare la sensation à un comprimé d’aspirine concassé dans l’eau. Un mois plus tard, il a toujours peur de sortir de chez lui et sa vision est toujours un peu floue.

D’où venait la bouteille d’acide ?

D'où venait la bouteille d'acide ?

Le défendeur prétend avoir trouvé la bouteille d’acide alors qu’elle brûlait dans les poubelles. Mais la victime demande s’il n’avait pas prémédité son geste en allant acheter la bouteille. L’audience n’apportera pas de réponse sur ce point. On ne saura pas non plus quel produit précisément lésé l’avocat. Sa chemise, qui devait être analysée, n’a pas été produite comme pièce à l’audience.

Les dernières constatations psychiatriques du SDF montrent qu’il ne souffre pas d’un trouble mental, mais qu’il a du mal à contrôler sa colère. Son avocat Maître Barrère explique « C’est un géant, mais dans sa tête il s’imagine être une souris. C’est une personne qui a été abusée durant toute son enfance par un père qui était terrible pour lui. il était une éternelle victime ».

Interdiction de séjour à Perpignan

Interdiction de séjour à Perpignan

Le SDF est condamné à 10 mois de prison mais en purgera 19 au total car il était sous l’emprise d’une autre condamnation dont la peine avec sursis a été révoquée. Il a également reçu une interdiction de séjour à Perpignan pendant cinq ans, à compter de sa sortie de détention. L’avocat de la victime, Maître Large, se réjouit : « Il paraît qu’il accepte aussi de quitter la ville et que les choses se calment ». L’accusé doit finalement verser 1 000 euros de dommages et intérêts à la partie civile. Il a dix jours pour faire appel.