Édito / Skippers et professionnels : mieux se connaître pour partager la mer

Plus d’accidents en 2021

Plus d'accidents en 2021

C’est la saison des rapports d’activité 2021 pour diverses organisations de sécurité maritime à travers le monde. Un coup d’œil à ceux du Bureau of Naval Investigation français ou britannique montre à quel point tous les moyens modernes de sécurité ne suffiront pas à débarrasser la mer de tout risque. Le nombre d’accidents graves ou mortels a augmenté des deux côtés de la Manche. Si la pêche est sans doute l’activité maritime la plus dangereuse, la plaisance en France représente en 2021 5% des incidents en mer recensés par le BEA Mer qui ne traite que les accidents graves ou mortels. La méconnaissance du fonctionnement administratif des marins fait probablement de ce chiffre une sous-estimation.

Mieux se comprendre en mer pour éviter les drames

Mieux se comprendre en mer pour éviter les drames

Parmi les incidents qui ont donné lieu à l’enquête, on peut noter l’embarquement d’un bateau de pêche espagnol sur un bateau d’excursion. Dans l’actualité, la condamnation d’un plaisancier pour non-respect des exigences du CROSS lors d’une traversée DST (Traffic Separation Program) d’Ouessant illustre avec des conséquences moins dramatiques l’incompréhension qui existe parfois entre plaisanciers et professionnels de la mer.

Une fois qu’un constat est fait, il est temps d’agir. Intégrer la voile dans les cursus des marins professionnels, passerelles entre les écoles de voile et les acteurs locaux de la pêche et du transport de passagers pour montrer concrètement aux marins les difficultés de manœuvre et de déambulation d’un bateau professionnel… Les pistes de travail sont multiples. Peut-être que le retour constant des cargos à la voile rapprochera les deux mondes ?

Accueil Sport Édito / Skippers et professionnels : mieux se connaître pour partager la...