En Alsace, les apéritifs gourmands de la famille Lutz sont complets

&#xD ;

A Bourgheim, dans le Bas-Rhin, le domaine Carole et Rémy Lutz est à l’écart de la route des vins d’Alsace. Pourtant, leur apéro gourmand sera garni de cinq vins, cinq plats ce 8 juillet avec vingt six inscrits ! Et encore une fois, Carol a dû refuser des gens en fin de soirée. « Habituellement, nous avons de la place pour ceux qui décident à la dernière minute. Mais là, on était très plein », raconte-t-il.

&#xD ;

Mélody et Yann arrivent peu après 19h00 avec le premier Lou, 8 mois. Ils occupent une chambre voisine. Dès leur arrivée, ils virent l’enseigne annonçant la soirée sur le chevalet inscrit devant l’entrée du domaine. « Nous aimons le vin et les choses simples », disent-ils. De leur côté, Sabine et Christophe sont allés à un rendez-vous il y a un mois, en faisant du vélo devant le polygone. Lucien fait aussi partie du groupe, l’ami de soixante ans de Roland, le père de Rémy, et les voisins d’en face qui sont venus à onze ans, avec leurs familles ! Aussi, deux groupes de trois et quatre, qui ont entendu parler de l’événement via Facebook et Instagram.

&#xD ;

Mélody, Yann et leur bébé (ici avec Rémy) sont arrivés les premiers (photo de Marie Faggiano)

&#xD ;

« Pour nous, les réseaux sociaux sont un vrai plus », déclare Carol. Le confinement a décuplé leur influence. Ils viennent renforcer les informations que nous diffusons par e-mail aux propriétaires de gîtes et restaurants et les flyers que nous déposons dans les boîtes aux lettres et commerces de la ville. Cette formule le rend attractif car proche du travail. Ça touche les habitués, mais aussi les gens qu’on ne connaît pas. »

&#xD ;

La météo étant clémente, l’apéritif se tient dans le grand patio du domaine, à l’ombre d’un tilleul tricentenaire et, entre autres, du toit en appentis servant à entreposer les bouteilles. Carole et Rémy ont mis deux heures à préparer le lieu en disposant les tables et les bancs.

&#xD ;

Déjà à 19h20 l’apéro Gourmet commence par un kougelhopf maison salé, accompagné de deux crémants – un rosé et un 100% chardonnay – « nouveauté », explique Rémy, au retour des groupes. « J’ai commencé à la Pentecôte. J’avais ce projet depuis cinq ans, mais un épisode de gel l’a retardé. »

&#xD ;

Carol propose un Crémant 100% Chardonnay (photo de Marie Faggiano)

&#xD ;

La conversation tourna autour de la grêle tombée fin juin, du stress hydrique, de la date probable de la prochaine récolte… La première bouteille blanche fut bientôt vidée. La rose s’accroche rapidement. Avant d’aller plus loin dans la soirée, Rémy vous invite à visiter le domaine viticole. La moitié des convives le suivent pour l’entendre parcourir toutes les étapes de la vinification, d’abord dans la salle des vendanges puis dans sa cave datant de 1696 « où tous les fûts de chêne sont régulièrement utilisés ».

&#xD ;

20h30, c’est quand les choses sérieuses commencent, plus qu’un apéro gourmand, mais un apéritif dinatoire organisé par les vignerons. Après le Kougelhopf, Carol, accompagnée de son aînée, Camille, sert une cocotte de légumes et feta à l’huile d’olive. Et Rémy, un Riesling local appelé Mittellaeng. « Le réflexe est de choisir un rouge pour accompagner un fromage frais. Mais la fraîcheur de ce blanc sec se marie bien avec cette composition. Avec un fromage plus corsé, on pense à un gewurztraminer », précise-t-il.

&#xD ;

Carol, accompagnée de son aînée, Camille, sert une cocotte de légumes et feta à l’huile d’olive (photo de Marie Faggiano)

&#xD ;

Un pinot noir rosé accompagne le plat suivant : une focaccia garnie de tomates séchées, jambon serrano et pesto. Toute la fraîcheur et la légèreté de ce vin. Après le rosé, on passera à un Pinot Noir 2019 élevé en barriques accompagné d’une sauce poêlée à l’effiloché de bœuf. « C’est un vin qui a besoin de matières premières complexes. C’est pourquoi je n’ai rien produit en 2021 », raconte Rémy. Au moment de servir, il attire l’attention de ses convives sur le fait que son Lutz fait partie des quatre vins de la nouvelle gamme. « On joue avec notre nom ‘lustig’. , qui signifie ‘joie’ en alsacien, et notre le ‘lustic’ qui fait référence aux trois enfants, pour le rappeler », explique-t-il en souriant. Pour marquer le coup, l’étiquette introduit un « changement radical ». Elle est illustrée de un élégant tilleul ombrageant le patio, racines hautes, cime basse. La place de l’ancien, plus traditionnel, qui a repris la maison familiale à colombages.  » L’arbre est tout à fait original, dit Enzo, de la table des voisins.  » Ça me donne envie d’acheter une bouteille en cadeau », ajoute Karin, venue de Suisse avec son mari Franck.

&#xD ;

Dernier plat salé : nouilles chinoises aux crevettes. Les Lutz ont décidé de l’associer à un Klevener de Heiligenstein 2020. Ce cépage est un cousin du Gewurztraminer. La cuvée est légèrement sucrée. Vincent et Marie-Christine trouvent ce choix audacieux. « Oui, cette récolte est plus ronde que d’habitude. Ça ne va pas avec tout. Mais avec un plat épicé et parfumé, comme un tajine, ou même une paëlla, pourquoi pas ?, argumente Rémy, sans plus justifier l’association qu’il propose. « L’idée derrière l’apéro gourmand est en fait de sortir des sentiers battus et de proposer des accords auxquels on ne pense pas », se souvient Carol.

&#xD ;

Accueil Parents En Alsace, les apéritifs gourmands de la famille Lutz sont complets