Florian, 21 ans et en fauteuil roulant, cherche l’amour ou un rendez-vous sexuel

Sur les réseaux sociaux, Florian Lang, un Strasbourgeois de 21 ans en fauteuil roulant, a posté un message. Il cherche l’amour. Nous l’avons rencontré.

Lucie D’Agosto Dalibot

Publié le 20 juillet à 18:50

Comment trouver l’amour ? Beaucoup de gens se sont penchés sur le sujet pendant des siècles, des poètes aux coachs amoureux professionnels, mais malgré la montagne de livres et de pages qui promettent de se rencontrer pour une nuit ou une vie, la plupart des Alsaciens, même maintenant, « courent » après Cupidon.

Parmi tous ces désespérés, il y a Florian, 21 ans, qui est un peu différent…

Tout commence par une petite annonce sur les réseaux sociaux

Tout commence par une petite annonce sur les réseaux sociaux

Le jeune strasbourgeois a un handicap, il peut marcher un peu, mais il se promène le plus souvent seul en fauteuil roulant.

C’est un post qu’il a posté sur le groupe Facebook des Étudiants de Strasbourg qui a retenu l’attention d’Actu Strasbourg et nous a donné l’occasion de nous rencontrer :

Une scolarité rendue compliquée par le handicap

Une scolarité rendue compliquée par le handicap

Humble, il n’est pas sérieux – « J’ai un bon rapport à mon image », dit-il – mais il a un sens de l’humour sans limites. Et la limite, hein, il ne s’en est pas fixé non plus, même si c’est parfois une arme à double tranchant…

Avant de parler d’amour, petite présentation de Florian.

Les vingt premières années de sa vie furent une lutte. Il faut trouver une assistante scolaire (AVS) et aller de collège en collège. « J’ai vécu deux des pires années dans un système scolaire mixte avec des handicaps. Il y a des personnes en fauteuil roulant mais aussi des personnes atteintes de maladie mentale ou même de dyslexie, c’est un gros piège… », a déclaré Florian.

30 minutes pour enfiler une chemise mais « il faut relativiser »

30 minutes pour enfiler une chemise mais « il faut relativiser »

Sans se décourager, il termine ses études et décide de s’inscrire en licence de sociologie à l’université de Strasbourg. « Mais à l’université, si t’es handicapé, t’as pas d’AVS, ben, il faut payer et c’est pas donné. Quand le minimum est fixé, c’est pour passer le test. Tu peux passer le test mais sans que les cours soient non, il a du talent, tu parles des bonnes opportunités ! », a déclaré Florian en éclatant de rire.

En parallèle des cours, le jeune homme a un emploi du temps, sorties avec ses copains de la fac, baignade au lac d’Achard près de Strasbourg avec sa mère.. ça pour moi l’année dernière, et l’été d’avant, mais je ne le ferai pas pas paresseux, cette année est la bonne », a-t-il déclaré.

Aujourd’hui, il vit seul dans une maison d’une trentaine de m2 avec balcon à Ostwald, commune de l’hypercentre strasbourgeois. « Ce n’est pas comme ça, mais les personnes handicapées peuvent compter sur elles-mêmes. Bon, j’ai mis 30 minutes à enfiler ma chemise et j’ai failli paniquer, mais il faut relativiser, il y a des bons et des mauvais jours… Alors il vaut mieux prendre une bonne photo pour cette histoire, juste il a rigolé pour rafraîchir le temps que j’y ai passé.

« Tiens-toi droit, tu marches comme un connard »

« Tiens-toi droit, tu marches comme un connard »

C’est seulement nécessaire dans son emploi du temps : la visite de l’aide-ménagère qui vient tous les jours de 18h à 20h pour s’occuper de sa maison et préparer la nourriture pour demain, car, avis aux prochains candidats, la cuisine, ce n’est pas C’est le truc de Florian. .

Avant d’avoir sa maison il y a un an, Florian vivait chez ses parents.

Ma famille m’a fait affronter mon handicap. Je mangeais devant le miroir pour apprendre à bien me tenir. Mon père m’a encouragé à monter les escaliers, il m’a dit ‘Lève-toi, tu marches comme un con’. Je tenais la rambarde et parfois je tombais mais je me rattrapais et me relevais, rien ne se passait. Il avait l’air un peu abattu, mais il en était loin. Grâce à eux, je comprends ma situation donc je ne suis pas comme beaucoup de personnes handicapées : mental extrême car très fermé.

Toutes ces accumulations font qu’aujourd’hui, Florian n’a pas de temps à perdre en fioritures. « J’ai un côté qui nous sépare, on ne va pas le cacher, parfois je suis honnête, ça énerve tellement mes amis qu’ils se parlent pendant quelques jours et puis ça s’en va. Je ne prends pas de pincettes et je ne peux pas mentir, ça ne sert à rien », a-t-il déclaré.

Alors Florian peut parfois être dur dans ses propos, mais au moins il a le mérite de ne pas tâtonner. Et sa priorité aujourd’hui est de trouver quelqu’un avec qui partager la nuit et pourquoi pas sa vie.

Rencontrer quelqu’un d’intelligent qui a beaucoup de patience

Rencontrer quelqu’un d’intelligent qui a beaucoup de patience

« Avouons-le, les filles, ce n’est pas mon truc. J’ai mangé de la canne à sucre à la maternelle et au collège, alors j’ai arrêté. Ils m’ont dit « c’est dommage, si tu n’es pas handicapé, ça peut arriver ». Ma maman y croit encore, c’est marrant, elle a de l’espoir ! « , il éclata de rire.

En fait, le type, il s’en fout du tout. Il est bisexuel et il veut vraiment rencontrer quelqu’un d’intelligent qui a beaucoup de patience pour s’en sortir presque – et ne pas être un pauvre gars qui mange des glaces tout seul devant Netflix.

Je ne sais peut-être pas cuisiner, mais j’ai encore beaucoup à offrir.

Oui, handicap et sexualité sont compatibles 

Le jeune homme avoue qu’en plus, cette solitude lui cause du tort : « Parfois, je suis jaloux de ma sœur, elle a un petit ami et a passé la première année de traitement, je veux aussi me qualifier pour ça, je me suis finalement comparé face. d’autres », a-t-il dit d’un ton soudain significatif.

Concernant sa vie sexuelle, « il y a déjà eu quelques relations avec une personne ayant un handicap léger, mais ce n’est pas intellectuel, seulement physique, intégré… On peut avoir des relations sexuelles quand on est handicapé, mais avant de l’avoir. Il y en a beaucoup des clichés à casser… alors j’ai de la chance, je ne suis pas paralysé, chez moi… tout fonctionne ! ».

Tout ce qu’il veut, « c’est être heureux, tout simplement »

En attendant de trouver l’amour, il se rend parfois dans un sex-shop, « c’est intéressant parce que quand j’arrive, ils ont mis une rampe pour que j’entre, c’est dur d’entrer sans être reconnu dans la rue, raconte Florian.

Bref, pour satisfaire Florian, en plus d’être vivant, grand et patient, il faudra savoir écrire « je vais bien » bien, « si tu connais les messages que je peux recevoir sur Grindr, tu yi Koi ‘ est une blague », a déclaré Florian.

Il plaisante beaucoup mais à l’intérieur, Florian est très timide. « Je parle depuis des mois avec quelqu’un qui n’a pas de handicap et je n’ai pas réussi à dépasser l’étape de la conférence. Je suis coincé dans ma tête alors je vais le suivre, je réponds à ses histoires et je fais bonne figure mais je n’ai pas la confiance nécessaire pour continuer. »

En fait, au fond, Florian, tout ce qu’il veut, c’est « juste être heureux. Et si mon témoignage peut apporter une vision du handicap à au moins un lecteur, tant mieux », a-t-il déclaré.

Accueil Mode Florian, 21 ans et en fauteuil roulant, cherche l'amour ou un rendez-vous...