Formation indispensable avant de partir en croisière hauturière

Photo of author

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

Laurent Marion, fondateur d’Escale Formation Technique, nous dresse le portrait de la formation la plus importante qu’il propose aux candidats au départ avant leur grande navigation. Les principaux cours de formation suivis par les navigateurs de longue distance sont les cours Blue Water Cruise Safety and Survival at Sea et le Blue Water Cruise Medical Course.

Sommaire

Sécurité et Survie en mer Grande Croisière

Sécurité et Survie en mer Grande Croisière

Ce cours couvre tous les aspects de la sécurité sur un bateau depuis la récupération des points de contrôle, la préparation du bateau et de l’équipage aux intempéries, la gestion des conditions météorologiques et de la mer, le lancement des opérations de sauvetage, les manœuvres d’homme à la mer, les méthodes d’abandon du navire ou encore l’utilisation d’avertissements pyrotechniques.

« C’est une excellente approche de sortie en famille. On vous explique comment reposer les notions de sécurité sur une croisière : délimitation de la toile, sécurisation, gestion des horloges à bord, rôle du skipper, gestion du sommeil. C’est une approche pédagogique. Nous passons d’une vie sûre sur terre à une vie en mer où il y a des dangers. Nous n’avons pas l’habitude de prendre des risques. On minimise la situation, on les calme et on leur fait accepter cette idée de risque. »

Stage Médical Grande Croisière

Stage Médical Grande Croisière

En mer, il peut être nécessaire de consulter un médecin (CCMM Toulouse), mais à distance… C’est donc l’un des membres de l’équipage qui doit poser un diagnostic voire effectuer un traitement. Il est donc important de compléter une formation médicale.

A l’issue de ce stage le marin sera capable de faire face à une urgence vitale et de poser les premiers gestes indispensables. Il peut procéder aux différents bilans en fonction de la blessure (noyade, hypothermie, fracture, plaie, etc.), prendre en charge un traumatisme, décider de l’intérêt d’un avis médical, réaliser des gestes techniques ou encore préparer une prise en charge adaptée pharmacie.

« L’internat médical est important. Il peut arriver que vous effectuiez des interventions médicales interdites à terre : autopiquer, suturer, poser un garrot… Vous devez être en mesure de transmettre un diagnostic par téléphone satellite afin de prendre des décisions sur les moyens de secours dans la zone de navigation. Ce sont des décisions lourdes de conséquences. Cette formation est la même que celle des skippers du Vendée Globe. »

Météo Marine Hauturière (2 niveaux)

Météo Marine Hauturière (2 niveaux)

Avec cette formation, le marin acquiert une compréhension globale de la météorologie, de la théorie aux prévisions, en disposant d’outils qui facilitent le travail. L’objectif est d’aller au-delà de la simple lecture d’un fichier grib ou d’une carte de pilotage, qui doivent être interprétés en fonction des conditions extérieures.

« La boite météo c’est basique. La tempête fait peur. On a réduit la météo à des fichiers grib, mais il n’y a pas que ça. Il faut les interpréter et il y a différents niveaux de maillage, de précision. Le routage ne sert à rien sans beaucoup de préparation. Travail sur les polaires du bateau. Le temps n’est pas seulement le vent, mais aussi la mer et les vagues.

Les formations pour naviguer en autonomie

Les formations pour naviguer en autonomie

De nombreuses formations permettent de gérer son autonomie sans avoir recours au SAV ou à des professionnels : mécanique, électricité et énergies marines, matelotage, météo marine, atelier voile et gréement.

« Les mécaniciens diesel sont de gros cargos. On ne veut pas faire face à une panne de moteur. Alors que la voilerie a moins d’intérêt quand on part avec des voiles neuves. L’électricité et l’autonomie énergétique sont importantes quand on part en mer. En mer, il y a pas d’énergie, et Vous leur apprenez à les récupérer : éolienne, hydrogénérateur, panneaux solaires… Vous devez comprendre le pourquoi du comment, selon le confort de ce que vous souhaitez à bord, acheter ou en début de refit pour assurez-vous qu’il n’y a pas d’erreurs à proximité. »

Seul ou en couple

Seul ou en couple

Toutes les formations ne doivent pas être suivies par tous les membres d’équipage. Certains domaines n’ont pas forcément besoin d’être abordés à bord, tandis que d’autres, au contraire, contribuent à établir une confiance mutuelle entre les équipages sur un long voyage.

« Les formations individualisées telles que la mécanique ou l’autonomie énergétique ou tout ce qui est technique sont encore très sexospécifiques et typiquement masculines. Tout ce qui concerne l’électricité, le matelotage et la voilerie est souvent réalisé par un seul équipier. La météo, la survie et la formation médicale sont menées à plus de deux. Il faut une cohésion d’équipe ou de binôme pour mener à bien ce projet initial. De plus en plus de marins complètent tous les parcours, mais en moyenne nous sommes sur 4 à 5 parcours. Certains ont déjà des connaissances dans des domaines comme la mécanique, l’informatique. »

En règle générale, la navigation s’effectue au milieu du chenal. Les transitions se font comme dans la rue en serrant sur le côté droit. Le bateau qui monte est prioritaire sur le bateau qui descend. Le dépassement n’est effectué que si cette manœuvre ne présente pas de danger.

Quelle formation pour naviguer en mer ?

Pour être autorisé à naviguer en mer, vous avez besoin d’un permis maritime. Cette accréditation est obtenue en réussissant un examen accrédité. Une autorisation est requise pour les exploitants de bateaux à moteur et à passagers. La participation aux compétitions de voile est également obligatoire.

.

Où pratiquer la voile ?

  • Voile à Verneuil-sur-Seine. Située à Verneuil-sur-Seine, à 40 km à l’ouest de Paris, la base nautique de l’Ouest est le lieu idéal pour apprendre à naviguer. …
  • La base nautique des Boucles de Seine. …
  • Une école de voile à Cergy-Pontoise. …
  • La base nautique de Choisy-le-Roi. …
  • La base de loisirs de Créteil.

qui navigue voilé Personne qui s’adonne à la navigation de plaisance.

Quel est le budget pour faire un tour du monde à la voile ?

Dois-je louer ou acheter un voilier ? Si vous souhaitez louer un voilier pour réaliser votre tour du monde, il vous faut entre 40 000 et 100 000 euros par an. Tout dépend si vous optez pour un monocoque ou un catamaran, ce dernier étant environ 50% plus cher.

Quel permis pour faire le tour du monde en voilier ?

cas des voiliers. Si vous envisagez de faire le tour du monde dans votre voilier de 20 mètres, personne ne vous demandera de permis. En revanche, si vous louez un voilier en France ou à l’étranger, la société demande le permis hauturier ou une certaine expérience.

Quel taille de voilier pour un tour du monde ?

Le critère de choix s’est alors porté sur un voilier entre 40 et 44 pieds (12 à 13 mètres) avec 3 ou 4 cabines.

Comment s’initier à la voile ?

Le plus efficace : Suivre des cours dans un club de voile. Il existe plus d’une centaine d’écoles de voile en France proposant de la voile découverte, des stages hebdomadaires voire des stages professionnels tout au long de l’année.

Quel formation pour avoir un voilier ?

La première des formations nécessaires pour apprendre à naviguer sur un bateau est un permis bateau de sport avec un moteur de plus de 4,5 KW. Cela équivaut à naviguer sur un bateau de plus de 6 chevaux. Pour accéder à ce précieux document, il est nécessaire de passer une épreuve théorique et une épreuve pratique.

Est-ce difficile de faire de la voile ?

Apprendre à naviguer est un long processus qui demande beaucoup de pratique. Il n’y a pas de permis de voile officiel en France. Si un permis côtier ou hauturier est un atout indéniable pour apprendre à naviguer, naviguer sur un voilier n’est pas une obligation.

Comment arrêter le bateau ?

Vous devez être capable d’arrêter votre vaisseau ! La marche arrière utilisée pour arrêter le bateau peut devoir être ouverte. Encore une fois, soyez prudent lorsque vous engagez la marche arrière : le sens « marche arrière ». Si vous tournez le volant vers la droite, le nez du bateau tournera vers la gauche et vice versa.

Comment ralentit-il un bateau ? Pour ralentir le bateau, les hélices peuvent tourner en sens inverse. Au lieu de pousser le bateau, les hélices le « tirent » vers l’arrière.

Comment casser l’erre d’un bateau ?

Si la manœuvre n’a pas pu s’effectuer avec suffisamment de douceur, le bateau doit être arrêté. Le barreur fait marche arrière brièvement pour casser la route, ou l’équipier, venu à terre avec une aussière, fait un demi-tour rapide autour du taquet ou de la borne pour arrêter le bateau.

C’est quoi l’erre d’un bateau ?

errance n.Vitesse résiduelle d’un navire qui n’est plus affecté par le propulseur.

Comment arrêter un bateau à moteur ?

Vent ou courant devant ou derrière votre siège. Vous entamez un large virage pour vous placer perpendiculairement au ponton pour entrer dans la place. Le vent de face et le courant ralentissent rapidement le bateau. Une petite marche arrière l’arrête.

Où s’arrêter en bateau ?

Idéalement, la ligne d’amarrage devrait être trois fois la hauteur de l’eau. Cependant, il est recommandé d’avoir un rapport de 5 pour 1 entre le pont du bateau et le sol pour une plus grande stabilité. Plus le rapport est élevé, meilleure est la puissance de maintien.

Comment arrêter un bateau ?

Vous devez être capable d’arrêter votre vaisseau ! La marche arrière utilisée pour arrêter le bateau peut devoir être ouverte. Encore une fois, soyez prudent lorsque vous engagez la marche arrière : le sens de marche « s’inverse ». Si vous tournez le volant vers la droite, le nez du bateau tournera vers la gauche et vice versa.

Où accoster dans un port ?

Amarrage S’il est plus tôt que le nouveau venu, mieux vaut s’amarrer à l’intérieur (entre lui et le quai) ou ailleurs ! 1 â L’amarrage se fait, si possible, dans le même sens que le bateau déjà en position (l’étrave du nouveau venu du même côté que l’étrave de l’hôte).

Comment Eteindre un moteur de bateau ?

Tous les moteurs hors-bord doivent être équipés d’un disjoncteur. Si le moteur n’en est pas équipé, il faut en monter un. En cas de contrôle, celui-ci peut être verbalisé. Le disjoncteur a un petit bouton sur lequel vous appuyez pour arrêter le moteur.

Comment fonctionne un moteur de bateau Hors-bord ?

Propulser un bateau avec un moteur inboard Généralement, les moteurs inboard sont des moteurs à quatre temps (un peu comme ceux des voitures) qui entraînent un arbre de transmission qui traverse le bas de la coque. Cet arbre de transmission est relié à une hélice qui propulse le bateau dans ses virages.

Comment faire hivernage moteur Hors-bord ?

Faites tourner le moteur à l’eau douce entre 30 minutes et une heure. Préférez les oreilles au bassin pour éviter le dessalement du moteur en circuit d’eau fermé.

Comment faire pour arrêter un voilier ?

Battez simplement la voile et poussez la barre. La fin de la manœuvre est la même que l’arrêt au vent. Nous ne nous soucions pas de la voile; elle est déjà choquée. Poussez simplement la barre vers le bas pour lofer le bateau.

Comment arrêter un bateau ? Vous devez être capable d’arrêter votre vaisseau ! La marche arrière utilisée pour arrêter le bateau peut devoir être ouverte. Encore une fois, soyez prudent lorsque vous engagez la marche arrière : le sens de marche « s’inverse ». Si vous tournez le volant vers la droite, le nez du bateau tournera vers la gauche et vice versa.

Comment remonter contre le vent avec un voilier ?

Comment les bateaux se déplacent-ils contre le vent ? Le ralentissement du débit crée une surpression qui gonfle la voile. Ces différences de pression entre les deux côtés de la voile créent une poussée (flèche verte) qui tire le voilier vers l’avant. Le voilier avance !

Comment naviguer vent debout ?

Vent de face Lorsque la cible du voilier nécessite de naviguer au près, le voilier doit virer (ou virer de bord), c’est-à-dire H procéder en zigzag pour toujours maintenir l’angle minimum indiqué, supérieur pour faire avancer ses voiles.

Comment avancer contre le vent ?

La poussée du vent permet au voilier d’avancer contre le vent. La force du gouvernail se produit lorsque le gouvernail et le gouvernail créent une force appelée « anti-dérive ». Cette force empêche le voilier de couler. Lorsqu’un voilier se déplace contre le vent, il se déplace contre l’eau de mer.

Comment mettre un voilier à la cape ?

Sur un voilier de croisière, le « cap courant » se prend en avançant à une allure entre travers et près : la voile d’avant est inclinée contre lui et la grand-voile tendue au maximum. Cette position peut être atteinte rapidement en virant sans toucher l’écoute de foc.

Comment prendre les vagues en voilier ?

En mer et quand on est face à une vague qui se dirige vers son bateau, il faut se dire qu’on a deux choix : riposter au plus vite (on pointe et on met du caoutchouc !) ou TOUJOURS faire face à la tête de vague- sur!

Comment installer une ligne de vie sur un voilier ?

L’idéal est de faire passer les lignes de vie le long du rouf et de les accrocher au niveau des bloqueurs du piano, bien que cela nécessite la fixation d’un plateau spécial si nécessaire. Des lignes de vie montées dans les haubans le long du rouf permettent de se sécuriser depuis la descente avant même d’entrer dans le cockpit.

Comment arrêter un voilier ?

Pour le freinage, en revanche, les voiles ne doivent pas être gonflées. Deux solutions : vous naviguez au près, vous pouvez ouvrir grand les voiles (choc). Ils vont s’estomper et ne plus s’user ce qui va stopper le bateau.

Comment virer de bord en voilier ?

Pour virer de bord il faut rapprocher le voilier du vent (Loffer) en poussant la barre avec un grand mouvement pour ne pas stopper le bateau. La voile d’avant commence à battre (battant comme un drapeau). Ensuite il faut retirer les tours d’écoute du winch et baisser le génois (pour dégager complètement l’écoute).

Quel vent pour sortir en mer ?

Le mistral, la tramontane, le libeccio, l’autan et le vent marin sont les vents les plus couramment rencontrés sur les côtes méditerranéennes françaises. Attention aux vents en Méditerranée ! Ils sont dangereux du fait de leur soudaineté : ils peuvent passer de la force 0 à la force 7 en moins de 20 minutes.

Comment savoir si vous pouvez sortir en mer ? Le numéro à composer est le 3201 (accès payant). En mer, la météo marine est principalement disponible par radio, par VHF, sur ondes moyennes comme France Inter et France Info, par BLU, qui nécessite un équipement particulier, 12h17 ou par satellite (transmission IMARSAT : tous les océans sont couverts).

Est-ce que 30 km h de vent c’est beaucoup ?

Léger (0 à 9 km/h) Modéré (10 à 40 km/h) Fort/venteux (41 à 60 km/h) Très fort/orage (61 à 90 km/h)

Qu’est-ce qu’un vent faible ?

En météorologie marine, le vent faible ou léger est un vent de force 0 à 2, atteignant jusqu’à 6 nœuds et comprend des brises calmes et légères ; au-delà du vent léger vient le vent modéré, qui est un vent bien perceptible mais sans effets perturbateurs.

Quelle vitesse de vent pour s’envoler ?

Bien sûr, cela dépend de la personne. A mon avis il faut prendre une vitesse proche de celle observée lorsqu’un corps humain est en chute libre, c’est à dire environ 200 km/h.

Quel vent pour naviguer ?

ForceNom de famillevent dans le noeud
1brise très légère1 à 3
2Légère brise4 à 6
3Petite brise7 à 10
4belle brise11 à 16

Quel vent pour bien naviguer ?

De 5 à 20 nœuds Il est idéal pour pratiquer le house sail ou le dériveur. Les conditions sont gérables à toutes les allures – même au près – et on peut naviguer toutes voiles dehors. Les conditions de mer sont généralement assez calmes et les vagues sont souvent inférieures à 1 m.

Quel permis pour naviguer sur un voilier ?

Vous devez être titulaire d’un permis bateau comportant l’option ou l’extension suivante : Soit l’option Voies Navigables pour la navigation d’un bateau de moins de 20 mètres. Soit l’extension des voies navigables pour les grandes embarcations de plaisance pour la navigation sur un bateau d’au moins 20 mètres de longueur.

Quel bateau peut-on conduire en mer sans permis ? En mer et de manière générale, la conduite d’un bateau sans permis est autorisée si le bateau est équipé d’un moteur dont la puissance motrice est inférieure à 4,5 kW (6 cv).

Quel permis pour traverser l’Atlantique en voilier ?

Le permis hauturier est le titre dont vous avez besoin pour naviguer de jour comme de nuit sans limitation de distance en mer ou en eaux fermées. Pour l’obtenir, il est important d’avoir préalablement passé le Permis Navigation Option Côtière.

Quel permis Faut-il pour piloter un voilier ?

Le Permis Bateau de Plaisance Option Côtière (ou « Permis Côtier ») est obligatoire pour conduire une embarcation de plaisance motorisée d’une puissance moteur supérieure à 6 cv. Pour obtenir ce permis, vous devez être âgé d’au moins 16 ans et avoir la nationalité française.

Quel formation pour avoir un voilier ?

La première des formations nécessaires pour apprendre à naviguer sur un bateau est un permis bateau de sport avec un moteur de plus de 4,5 KW. Cela équivaut à naviguer sur un bateau de plus de 6 chevaux. Pour accéder à ce précieux document, il est nécessaire de passer une épreuve théorique et une épreuve pratique.

Est-ce qu’il faut un permis pour un voilier ?

Un voilier a un moteur. Néanmoins, il reste un voilier et ne nécessite pas de permis bateau pour naviguer.

Quel formation pour avoir un voilier ?

La première des formations nécessaires pour apprendre à naviguer sur un bateau est un permis bateau de sport avec un moteur de plus de 4,5 KW. Cela équivaut à naviguer sur un bateau de plus de 6 chevaux. Pour accéder à ce précieux document, il est nécessaire de passer une épreuve théorique et une épreuve pratique.

Quel permis il faut pour un voilier ?

Le permis n’est pas obligatoire pour naviguer sur un voilier en France, bien qu’une expérience significative soit requise. En revanche, un permis côtier est requis pour utiliser un bateau à moteur dont la puissance est supérieure à 6 cv.

Où apprendre à faire du voilier ?

Ces écoles sont présentes dans tous les départements, comme la voile libre, l’association des Glénans ou le centre de voile Macif. La Fédération Française de Voile répertorie également les centres nautiques qui proposent des cours à bord de voiliers habitables pour apprendre à naviguer, se perfectionner et devenir autonome.