Mer, piscine : ces conseils pour protéger les enfants de la noyade

Photo of author
Written By Charlotte Sander

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

Les vacances, le farniente et la chaleur donnent envie de se baigner. A la mer ou à la piscine, il est tout à fait normal de vouloir s’amuser avec les enfants. Cependant, il est important de rappeler les règles de sécurité pour éviter le drame de la noyade, encore trop fréquent en été.

« Les noyades accidentelles chez les enfants de moins de 6 ans surviennent majoritairement dans les piscines familiales privées », prévient Santé publique France. C’est arrivé le 29 juillet dans le Gers, où un enfant de 3 ans est mort noyé dans une piscine gonflable remplie de seulement 23 centimètres d’eau. Un drame qui rappelle qu’un bambin peut se noyer en quelques minutes dans très peu d’eau.

Lire aussi :

Une fille se noie après avoir été aspirée par les cheveux au fond d’une piscine de camping

« Les noyades chez les plus jeunes enfants résultent principalement d’un manque ou d’un relâchement de la surveillance d’un adulte responsable lors des baignades », souligne Santé publique France. Il est donc impératif de maintenir une vigilance active (ne jamais les quitter des yeux !) avec les enfants autour ou dans un point d’eau.

Ainsi, lorsque vos enfants ne savent pas nager, restez toujours avec eux près d’un point d’eau ou dans l’eau. Ne les laissez jamais seuls près ou dans une piscine, même petite et peu profonde.

Dispositifs de sécurité pas suffisants

Dispositifs de sécurité pas suffisants

Si vous êtes un groupe de plusieurs adultes et plusieurs enfants, assurez-vous de confier la protection du petit à un adulte. Sinon, chacun risque de penser que l’autre est aux commandes.

N’oubliez pas d’équiper vos bouts de chou de brassards ou de maillots de bain avec flotteurs intégrés, adaptés à la taille, au poids et à l’âge de l’enfant. Cependant, rappelez-vous que le port de ces appareils n’élimine pas le contrôle de l’enfant.

Savoir nager, continuer à surveiller

Savoir nager, continuer à surveiller

Pour les piscines privées, n’oubliez pas de les équiper d’un dispositif de sécurité : barrière, abri ou couverture. Ceux-ci empêchent physiquement l’accès à la piscine et sont particulièrement adaptés aux jeunes enfants s’ils sont fermés ou réaménagés après la baignade. L’alarme sonore peut informer de l’approche ou de la chute de l’enfant dans l’eau, mais elle n’empêche pas la noyade.

Et même lorsque vos enfants savent nager, il est important d’être proche et de veiller sur eux. En effet, entre 6 et 12 ans, des noyades peuvent survenir du fait « d’épuisement, d’incontrôlabilité, de chute ou de la présence de courants et de baïnes (pour les noyades en milieu naturel) », selon Santé publique France.

Est-il possible de se noyer avec un gilet de sauvetage ?

Est-il possible de se noyer avec un gilet de sauvetage ?

Cependant, apprendre à nager tôt aide à prévenir la noyade. Par conséquent, apprenez à vos enfants à nager dès que possible. Si vous le pouvez, proposez à votre enfant des cours de natation dès l’âge de 4 ans.

Une personne qui tombe à l’eau en utilisant uniquement la flottabilité peut toujours se noyer.

Pourquoi je flotte avec mon gilet de sauvetage ?

Comment nager avec un gilet de sauvetage ? Un gilet de sauvetage ne nécessite pas de savoir nager et assure votre sécurité en cas de chute à l’eau. Par conséquent, il est obligatoire de le porter lors de toutes les activités nautiques. Grâce à sa forme asymétrique, le gilet de sauvetage permet au nageur de se tourner sur le dos même s’il est inconscient.

Est-ce que la noyade fait mal ?

Est-ce que la noyade fait mal ?

Lorsqu’il est jeté dans l’eau, il ne coule pas, mais flotte entre deux eaux. Pour lui sortir la tête de l’eau et lui permettre de respirer, il suffit de le soulager de quelques kilos.

Plusieurs signes peuvent vous alerter : une toux sévère qui apparaît brutalement après la baignade, des difficultés respiratoires, des vomissements, des douleurs abdominales, une grande fatigue ou encore un teint gris ou pâle. Un enfant, victime d’une noyade sèche, risque de chercher de l’air.