Mobilité – Interdiction de vendre des voitures thermiques neuves en 2035 : sommes-nous prêts à passer au 100 % électrique ?

Photo of author
Written By Charlotte Sander

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

« Au lieu de vendre de grosses citernes électriques très consommatrices de CO2 pour faire jusqu’à 1% de la population, il faut fabriquer des petites voitures électriques pour les plus modestes », explique Nicolas Meilhan. Cet expert d’ev-volumes.com (base de données du marché des véhicules électriques) dénonce avec une provocation considérable le vote « non pragmatique » des eurodéputés.

« Il faut penser aux usages. On pourrait viser 80 % de neutralité climatique d’ici 2030, en réduisant l’empreinte carbone de nos déplacements quotidiens. On entre dans un monde limité. Il faut garder le reste de notre pétrole loin.

Nicolas Meilhan (consultant ev-volumes.com)

Pour Nicolas Meilhan, ce ne sont pas les malades urbains qui sont les plus convaincus des bienfaits d’une voiture électrique, mais les ménages modestes : « Au prix actuel du diesel, les gilets jaunes peuvent être choisis au profit d’une voiture électrique d’occasion. C’est déjà plus intéressant à utiliser, même sans ventilation. Le surcoût de l’achat sera amorti « dès que vous roulerez 30-40 km par jour », estime l’expert.

Marie Cheron, qui supervise le dossier des ONG européennes sur les transports et l’environnement, est plus indulgente avec les eurodéputés : « Les véhicules ont une durée de vie de 15 à 20 ans. Arrêter la production de véhicules thermiques quinze ans avant l’échéance de 2050 pour décarboner totalement la mobilité a du sens […] c’est un signal au niveau international. L’Europe est leader dans ce domaine des transports.

Peut-on encore conduire des voitures essence ou diesel après 2035 ?

Le 8 juin, les eurodéputés ont voté l’interdiction de la vente et de la fabrication de véhicules utilitaires légers neufs (essence, diesel, hybrides et hybrides rechargeables) à partir de 2035. Ceci s’applique également aux véhicules fabriqués en dehors de l’UE. Le cas des motocycles et des poids lourds sera traité ultérieurement. Nous pouvons toujours conduire et revendre des véhicules thermiques fabriqués avant 2035… jusqu’à épuisement des stocks et de la mécanique.

La voiture électrique, un problème de société et un grand virage

Recevez notre éco-newsletter par email et retrouvez les dernières actualités des entreprises de votre région.

Quelle que soit la décision des eurodéputés, il y aura 44 zones à faibles émissions (ZFE) en France en 2025, et l’accès aux villes dotées de pots d’échappement sera de plus en plus restreint. L’échéance de 2035 peut-elle encore bouger ?

Les défenseurs du climat ont encore peur de certains « ordres ». Comme l’amendement « italien » lors du vote du 8 juin, qui distingue l’axe des voitures de luxe du « tout électrique ». Le Conseil européen sur l’environnement, qui se tiendra à Bruxelles le 28 juin, sera l’occasion de contrôler la conformité des dirigeants avec le Parlement. Dans sa loi de 2019 axée sur la mobilité, la France a annoncé une échéance de 2040 pour la vente des véhicules thermiques, avec pour objectif de donner du temps aux modèles hybrides et aux biocarburants. Les annonces qui ont suivi l’élection présidentielle n’indiquent pas une volonté de s’opposer à Strasbourg.

« Les membres du Parlement européen sont restés attachés au concept zéro émission. Les lobbyistes ont fait pression pour des carburants synthétiques qui réduisent les émissions de CO2 de seulement 5 %.

Marie Cheron (Transport et Environnement)

On s’interroge encore sur le sort des véhicules utilitaires légers.

Comment l’industrie automobile s’adapte-t-elle ?

La plupart des constructeurs automobiles européens ont déjà annoncé qu’ils ne produiront plus de modèles thermiques à partir de 2030. L’industrie automobile (industrie et services) comptait 2,2 millions d’emplois en France en 2018, alors que les constructeurs nationaux n’emploient plus directement plus de 100 000 personnes. « La reconstruction est difficile pour les petits sous-traitants et le réseau d’ateliers de réparation est dommageable », constate Flavien Neuvy, économiste à l’Observatoire de l’automobile Cetelem. Les constructeurs « ont déjà tout relocalisé », précise Marie Cheron.

A moins qu’il n’affirme que 100% de l’électricité sauvera tous les emplois de l’industrie automobile, Clément Molizon, directeur général adjoint de l’interprofession de la mobilité électrique, plaide pour « des projets d’usines de batteries lancés en France et plusieurs scénarios de rapatriement de la production ». Renault va commencer à produire sa Superfive électrique, principalement à Douais.

Flavien Neuvy reste sceptique : « On oublie que les fabricants chinois de batteries produisent aussi de bonnes voitures électriques très compétitives. »

Le prix d’achat des voitures électriques exclut-il certains Français ?

Plus tôt cette année, le patron de Stellantis, Carlos Tavares, avait critiqué le « choix politique » du tout électrique, qui risquait de rendre la « voiture unique inaccessible à la classe moyenne ». « Nous avons une demande de matières premières qui croît de façon exponentielle et qui se répercute sur les prix », explique Flavien Neuvy.

« Les voitures thermiques, qui s’apparentent de plus en plus à un ordinateur à quatre roues, connaissent aussi une forte hausse du prix des matières premières », précise Clément Molizon. Les flottes automobiles des entreprises alimenteront le marché des voitures électriques d’occasion. Photo de Pierrick Delobelle En effet, qu’il s’agisse d’une voiture électrique, thermique ou hybride, la voiture neuve devient de moins en moins accessible : « Le prix des véhicules a doublé en 15 ans », constate Marie Cheron.

Résultat : La valorisation des stocks s’appuie sur les catégories sociales supérieures et les entreprises. « Par conséquent, nous devons encourager davantage la conversion des flottes de voitures professionnelles vers des flottes électriques, qui alimentent le marché de l’occasion », suppose l’analyste de MTÜ Transport ja keskkond.

Y aura-t-il suffisamment de points de vente sur la voie publique en 2035 ? En avril 2022, on comptait 60 000 bornes de recharge publiques pour voitures électriques en France. L’objectif était fixé à 100 000 d’ici fin 2021. Cependant, il peut y avoir quelques files d’attente pour la famille sur les aires d’autoroute lors des grands départs.

« Les nouvelles voitures électriques sont de plus en plus configurées pour une recharge rapide en 15 ou 20 minutes. Le déploiement sur les autoroutes sera achevé fin 2023.

Clément Molizon (Avere-France)

Sur l’ensemble du réseau routier français : « Nous aurons 330 000 à 480 000 bornes de recharge en 2030 », ajoute Clément Molizon.

Actuellement, 90 % des recharges ont lieu à domicile.

L’un des problèmes est la propriété des immeubles d’habitation. Les propriétaires et copropriétaires reçoivent une aide pour ces installations.

La voiture électrique individuelle est-elle la réponse à tous vos besoins de mobilité ?

Si elle n’est plus un vrai marqueur social, la « voiture » sera toujours un « plaisir », « ce sera aussi une réussite pour les SUV », estime l’économiste Flavien Neuvy, qui considère toujours qu’une voiture individuelle est « imbattable » en France. termes de flexibilité. A-t-on vraiment besoin de véhicules de 1,5 tonne pour les trajets quotidiens conçus pour rouler à 180 km/h ? se demande Aurélien Bigo, chercheur en transition énergétique à l’Institut Louis Bachelier.

Passer du chauffage à l’électricité n’est pas le seul moyen de décarboner la mobilité : « Cela implique également de réduire le nombre de kilomètres parcourus quotidiennement, de passer à de meilleurs modes et de partager des véhicules via l’autopartage et l’autopartage », explique-t-il. Aurélien Bigo.

premium Pourquoi la vente de voitures thermiques neuves sera interdite dans l’Union européenne en 2035

Quelle est la voiture qui décote le moins ?

Quelle est la voiture qui décote le moins ?

On y retrouve les Peugeot 206 et 207 en tête de liste des marques françaises les moins soldées, ainsi que la deuxième génération de Renault Twingo.

Quelle voiture acheter sans réduction ? C’est le cas des modèles low-cost et très demandés de Dacia, les Audi qui profitent de leur notoriété (notamment les petits SUV A1 et Q3 et Q5), les Mini Countryman premium, les Mercedes Classe A et B ou les Landi Rover Evoked.

Quelle marque de voiture fait la meilleure reprise ?

TOP 3 des marques automobiles qui récupèrent le mieux

  • Offres d’échange Renault. Renault propose des offres d’échange de voitures justes et actualisées. …
  • Offres d’échange Citroën. Citroën est également l’une des meilleures offres d’échange de voitures. …
  • Offres d’échange Peugeot.

Quelle est la meilleure voiture électrique sur le marché ?

Quelle est la meilleure voiture électrique sur le marché ?

La meilleure voiture électrique en termes d’autonomie est la Tesla Model S Long Range, couvrant 610 kilomètres. L’autonomie moyenne de toutes les voitures électriques est de 350 kilomètres.

Quelle est la voiture électrique la plus fiable ? Voiture électrique : quel modèle est le plus fiable ? Lequel? note également que Kia e-Niro remporte à peine 6,2 % d’échecs dans la palme des meilleurs en 12 mois. Le classement où Tesla, qui ne figure déjà pas parmi les voitures les plus fiables de 2022, s’estompe.