jeudi, décembre 8, 2022
No menu items!
Home Administration Pour cacher l'argent africain, rien de mieux que les cabinets de conseil...

Comment les fonds illégaux et illicites en provenance d’Afrique contournent-ils des décennies de lois sur la transparence ? En ciblant les pays où le secret juridique et financier est un privilège. L’expérience de l’Angola depuis le début du siècle en est une parfaite illustration.

Depuis la fin des années 1990, lorsqu’un groupe de responsables angolais cherchait un mécanisme financier plus discret pour transférer leurs fonds illicites vers l’Europe, ils ont décidé de créer leurs propres banques. Un choix pour mieux contrôler l’exposition au risque des clients considérés comme PEP (politiquement exposés) au niveau mondial.

Lire aussi : Le capitalisme africain sauvera-t-il vraiment l’Afrique ?

Qui surveille les surveillants?

Qui surveille les surveillants?

Après tout, les banques, ainsi que d’autres intermédiaires, s’autorégulent. Les sociétés multinationales de conseil et d’audit ne sont soumises à aucune réglementation anti-blanchiment en Europe ou aux États-Unis et ne sont pas légalement tenues d’enquêter sur leurs clients. Et les autorités ne prennent généralement des mesures que si les « chiens de garde » détectent une violation ou déposent un « rapport de transaction suspecte ».

Lire aussi cette interview de 2017 : Ricardo Soares de Oliveira : « Le bilan de Dos Santos est un gros gâchis »

Mais qui supervise les superviseurs ? L’histoire récente a montré que ces prestataires de services sont parmi les pires contrevenants à l’État de droit – qu’il s’agisse des plus de trente ans d’activité bancaire du Credit Suisse au nom d’acteurs prédateurs, du blanchiment de « l’or du conflit » en Afrique par E & Y ou les profits que KPMG tire de l’argent public détourné dans plus d’un pays africain.

En externalisant ces activités à des sociétés affiliées basées dans des juridictions secrètes telles que la Suisse ou les Émirats arabes unis, ou en les contrôlant à partir de là, ou même en structurant simplement les pots-de-vin sous forme de frais de service ou d’autres coûts d’activité fictifs, ces intermédiaires déguisent l’illégal en illégal.

La banque qui cachait des fonctionaires corrompus

La banque qui cachait des fonctionaires corrompus

En contractant leurs services, les élites angolaises corrompues ont appris à anticiper les erreurs législatives dans la gouvernance mondiale et à optimiser la gestion de leur patrimoine mal acquis.

Il y a deux décennies, la société parapublique angolaise Banco Angolano de Investimentos (BAI) est devenue le premier prêteur privé du pays. Le principal actionnaire de la banque était Sonangol, la compagnie pétrolière publique, la plus grande source de revenus en Angola. BAI a transféré de manière non transparente plus de 40% des actions aux élites politiques par le biais de sociétés écrans, pour une somme estimée à plus de 150 millions de dollars.

Lisez aussi: Leçons africaines des papiers Pandora

Elle a également établi une relation de correspondant bancaire aux États-Unis par l’intermédiaire de HSBC. Et c’était le travail de BAI de surveiller ses clients, pas HSBC. En conséquence, la BAI a permis à des fonctionnaires corrompus de donner à certains actionnaires l’accès à des pays étrangers où ils pourraient ne pas être en mesure d’ouvrir des comptes ou d’effectuer des transactions.

Le groupe qui a créé le BAI comprenait Manuel Vicente, alors le leader montant de la Sonangol, qu’il a finalement dirigé (1999-2012) jusqu’à ce qu’il soit nommé vice-président de l’Angola (2012-2017). Un autre haut responsable, Mario Palhares, alors vice-gouverneur de la Banque centrale d’Angola, a donné son accord pour que la BAI devienne opérationnelle. Il a finalement pris la relève et a été remplacé à la banque centrale par un ancien directeur de la BAI.

Un montage à trois niveaux

Un montage à trois niveaux

Cette vague de blanchiment a finalement été révélée par une enquête du Sénat américain publiée en 2010 sur le rôle de HSBC. Les acteurs politiques les plus puissants d’Angola ont alors imaginé un autre système qu’ils contrôlent totalement.

Ils ont proposé un arrangement à trois niveaux, avec des banques nouvellement créées en Angola opérant dans des juridictions modestes telles que le Cap-Vert. Dans l’archipel ouest-africain, il s’agit d’institutions fictives telles que Banco Privado Internacional, dont le capital est majoritairement détenu par Vicente et Palhares. L’argent est ensuite blanchi en Europe par l’intermédiaire de succursales ou de banques affiliées au Portugal, un ancien colonisateur en difficulté économique à l’époque.

Lire aussi notre enquête 2017 : Diamants, art et pétrole : l’empire du premier couple d’oligarques d’Afrique

Ainsi, la Banco Privado Atlantico angolaise a placé plus de 60% de ses réserves, qui proviennent majoritairement de la banque centrale, dans sa succursale portugaise. Cela a finalement attiré l’attention des autorités sur ces banques à capitaux angolais, dont les clients et « les bénéficiaires effectifs [des entreprises] ne sont pas pris en compte (…) car ils ne sont pas chargés dans le système ».

Les lois ne l’avaient pas prévu

Les lois ne l'avaient pas prévu

Ce nouvel arrangement incluait d’autres juridictions connues pour leur secret, comme le Luxembourg et les Bermudes. Plus d’un demi-milliard de dollars sont passés de l’Angola à l’Europe. Et si l’Angola, riche en pétrole, est un exemple particulièrement sophistiqué et désormais bien documenté de l’utilisation de tels mécanismes offshore, il s’agit d’une réalité répandue dans toute l’Afrique.

Partout on retrouve le semblant de légalité fourni par les réparateurs qui sont censés être des « chiens de garde » privés remplaçant le secteur public. Certains sont devenus des acteurs tout aussi corrompus et criminels que les acteurs politico-économiques qu’ils sont censés dénoncer. Les lois existantes ne le prévoyaient pas.

Le diagnostic de base est faussé et il nous est difficile de comprendre que la corruption n’est pas seulement entretenue par les demandeurs, les clients. La caricature simpliste consiste à désigner des utilisateurs plutôt que des prestataires de services de conseil, d’audit ou de droit financier. Ces acteurs d’un système en constante évolution, intelligent et capable de s’adapter à l’infini ont eux-mêmes créé les règles de « divulgation » qui leur conviennent.

Lisez aussi : Nous devons tous être des capitalistes africains !

Démultiplier l’opacité

Démultiplier l'opacité

Cependant, des chercheurs et certains journalistes d’investigation ont démontré à travers des études de cas concrets que le secteur privé est avant tout motivé par le profit plutôt que par l’intérêt public. Le plus souvent, il agit en tant qu’actionnaire des exploitations et non en tant que partie prenante. Quant aux juridictions secrètes, elles ne sont pas réellement en concurrence et agissent comme des partenaires complémentaires pour accroître l’opacité.

En effet, les paradis fiscaux ont des rôles variés, notamment bancaires, maritimes, aériens, immatériels, ports francs, de constitution ou dérivés. Les fournisseurs « clandestins » onshore tels que la Suisse et le Luxembourg sont des juridictions politiquement stables qui deviennent des destinations finales pour les capitaux illicites qui transitent par les petites économies insulaires. Alors que les juridictions offshore « secrètes » sont des économies de transit où les capitaux sont acheminés mais ne s’attardent jamais en raison du ratio dette/PIB des petites îles et de leur vulnérabilité politique.

L’hypermobilité du secret à travers les banques, les cabinets d’audit, de conseil et d’avocats permet à toute une génération de riches de dissimuler les origines frauduleuses de leur fortune. Les acteurs étatiques chargés de lutter contre ces dérives illégales restent trop souvent prisonniers de logiques nationales. Mais ce crime financier est clairement transnational. Le sauvetage est coûteux et peu rentable. Le recouvrement des avoirs est au mieux négligeable et au pire impossible.

Ricardo Soares de Oliveira est professeur de politique internationale à l’Université d’Oxford et co-rédacteur en chef de la revue African Affairs. Khadija Sharife est une journaliste d’investigation sud-africaine travaillant pour le collectif OCCRP.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières proposées ou sollicitées par des personnalités. Qu’ils soient rédigés par des membres de la rédaction s’exprimant en leur propre nom ou par des contributeurs externes, ces avis reflètent les points de vue de leurs auteurs. Ils ne représentent pas la position du titre.

RELATED ARTICLES

Simulation crédit personnel Nos conseils

Dans cet article nous vous expliquons tout sur la Simulation crédit personnel La simulation de crédit personnel est un...

10 astuces pour résoudre vos problèmes de plomberie

Il est toujours bon de connaître quelques astuces pour résoudre vos problèmes de plomberie. Ces 10 astuces peuvent vous aider à économiser...

Assurer sa prospection commerciale : les 5 erreurs à éviter !

1. Ne pas définir ses objectifs L'une des erreurs les plus courantes en matière de prospection commerciale est de...
- Advertisment -

Les plus populaires

Machine à sous gratuite 2023 : nos conseils pour gagner

Machine à sous gratuite 2023 est une machine à sous qui offre une expérience de jeu entièrement gratuite et divertissante. Les joueurs...

Simulation crédit personnel Nos conseils

Dans cet article nous vous expliquons tout sur la Simulation crédit personnel La simulation de crédit personnel est un...

Crédit Travaux simulation ce que vous devez savoir

Crédit Travaux simulation Le Crédit Travaux est une forme de financement qui permet de couvrir le coût des travaux...

10 astuces pour résoudre vos problèmes de plomberie

Il est toujours bon de connaître quelques astuces pour résoudre vos problèmes de plomberie. Ces 10 astuces peuvent vous aider à économiser...