Projet Duracell : Construire une cloison de chariot composite

Photo of author

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

Matt avance dans la construction de la cloison qui recevra le chariot de grand-voile de son 60 pieds ex-Duracell. L’occasion d’expliquer ses choix techniques, mais aussi d’évoquer le père du bateau, le skipper américain Mike Plant, concurrent du Vendée Globe sur ce voilier.

Matt avance dans la construction de la cloison qui recevra le chariot de grand-voile de son 60 pieds ex-Duracell. L'occasion d'expliquer ses choix techniques, mais aussi d'évoquer le père du bateau, le skipper américain Mike Plant, concurrent du Vendée Globe sur ce voilier.

L’importance de la cloison de chariot

Commencée lors du second épisode, la cloison de roof arrière, qui abrite le chariot Duracell de la grand-voile, est remise en chantier. Matt, qui transforme Duracell d’un voilier de course au large à un croiseur, explique l’importance et les efforts spécifiques que cet élément de la structure du bateau va demander. Selon que l’on navigue au près ou au portant, la direction des forces varie et les effets dynamiques peuvent être importants lors des manœuvres.

Un insert en aluminium dans la pièce composite

Pour pouvoir fixer le futur rail du chariot, Matt a décidé d’intégrer une épaisse barre d’aluminium dans le sandwich composite en haut de la cloison. Celui-ci, cranté, permettra de visser une partie de la quincaillerie sans l’atteindre par le bas, ce qui est impossible dans son compartiment.

Parallèlement, afin de mieux répartir les efforts, Matt multiplie les toiles bi-axiales en fibre de verre. Cela crée un U monolithique en tête.

Découverte de Mike Plant, skipper originelle de Duracell

En préparant le toit pour le laminage, Matt parle également de sa lecture de Coyote Lost at Sea, de la biographie de Mike Plant, le premier skipper du navire, ainsi que de son constructeur. Il nous explique sa découverte du personnage et son incroyable détermination à participer au Vendée Globe, ayant déjà participé au BOC Challenge à l’Open 50. Face au coût, il décide de le construire, malgré son peu de goût pour la construction navale !