Que sont les missiles hypersoniques Zircon, promis par Poutine à la flotte russe ?

Photo of author
Written By Charlotte Sander

Nos rédacteurs sont là pour vous apporter toutes les réponses à vos questions d'actualité

Ces armes « ultra-modernes » ne connaissent pas d' »obstacles », selon Vladimir Poutine. Dimanche, à l’occasion d’un défilé militaire, le président russe a annoncé que son pays serait équipé « dans les prochains mois de missiles hypersoniques Zircon, dans le but de parfaire la capacité de la Russie à « infliger une riposte foudroyante à tous ceux qu’elle décidera ». porter atteinte à [leur] souveraineté et à leur liberté ». Un discours loin d’être anodin, en marge de la guerre en Ukraine où son armée connaît de grandes difficultés, notamment matérielles.

Mais que vaut vraiment le missile de croisière Zircon ? Ce modèle, fabriqué par la société KB Mashinostroyeniya (KBM), mesure huit mètres de long. Il est à deux étages et équipé d’un statoréacteur, un type de moteur utilisé dans les avions, qui pourrait lui permettre de voler jusqu’à Mach 9, soit neuf fois la vitesse du son. À cette vitesse, les systèmes anti-missiles n’auraient pas le temps de s’activer pour le détruire, ce qui le rendrait presque impossible à intercepter tel quel. D’une portée maximale d’environ mille kilomètres, l’engin appartient à une famille de nouvelles armes développées par la Russie au fil des décennies, que Vladimir Poutine qualifie d' »invincibles ».

Parce que cette fusée serait très difficile à détecter. « Pendant le vol, le missile serait complètement recouvert d’un nuage de plasma qui absorbe tout faisceau de radiofréquence et rend le missile invisible aux radars. Cela lui permettra de rester indétectable », explique le groupe de réflexion américain Missile Defense Advocacy Alliance, dans un communiqué. note informative à ce sujet.

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Surenchère d’armes

Surenchère d'armes

Depuis octobre 2020, la Russie a mené de nombreux tests pour compléter la conception Zircon. En mai 2022, le ministère russe de la Défense a publié une vidéo de l’un d’eux. On voit le missile décoller de la mer de Barents, au nord du pays. Selon les autorités russes, ce test aurait confirmé l’autonomie de mille kilomètres de l’engin. Selon Vladimir Poutine, la frégate Admiral Gorchkov, base des premiers essais, sera le premier navire russe équipé de missiles Zircon. Quant à l’aire de stationnement des bateaux ? mystère Poutine se réserve l’option, basée sur « les intérêts de sécurité de la Russie ».

En avance sur cette technologie, la Russie avait annoncé en mars dernier avoir utilisé d’autres missiles hypersoniques en Ukraine, les « Kinjal », une ressource de combat qui semblait être la première, Moscou n’avait jusqu’à présent jamais signalé l’utilisation de ce type d’arme, à l’exception de essais. Selon le Pentagone, une dizaine de coups de feu ont été tirés depuis, toujours en Ukraine. Poutine possède également le planeur hypersonique « Avangard », un avion capable d’emporter une charge utile nucléaire qui vole à 33 000 km/h.

Depuis plusieurs années, de nombreux pays tentent de développer ce type d’armement capable de déjouer les défenses ennemies, y compris les plus robustes. En avril dernier, l’armée américaine s’est vantée d’avoir lancé un missile hypersonique HAWC développé par Lockheed depuis un avion. Selon le Pentagone, la Chine ferait de même, via l’Armée populaire de libération (APL), et a notamment lancé l’an dernier un planeur hypersonique qui aurait fait le tour de la Terre à plus de 6 000 km/h. La Corée du Nord multiplie également les tests similaires. Compte tenu des tensions géopolitiques actuelles, cette course aux armements devrait se poursuivre pendant de nombreuses années.

Opinions

Opinions

La chronique d’Albert Moukheiber

Vincent Pons, avec Boris Vallée