TÉMOIGNAGE. La marchande d’art Mariia Titova a fui l’Ukraine avec 200 tableaux sous le bras

Mariia Titova, une marchande d’art professionnelle, a fui Kiev puis l’Ukraine, emportant ses 200 tableaux préférés entassés dans sa voiture ainsi que quelques effets personnels. Réfugiée à Rennes, elle tente de les dénoncer.

Son sourire et son enthousiasme à parler des auteurs des 200 tableaux qu’elle a exfiltrés d’Ukraine est trompeur. Mariia Titova est une réfugiée, elle a posé ses maigres affaires personnelles et son trésor il y a tout juste trois semaines dans le petit studio qu’un ami d’amis a mis à sa disposition au fond de son jardin, en plein coeur de Rennes.

Comment en est-elle venue à quitter sa famille et son pays en guerre pour poser son sac ici ? Grâce à son amitié avec une Rennaise, Christine Barrat.

Une boîte de vêtements et 200 tableaux

Une boîte de vêtements et 200 tableaux

« Je suis commissaire-priseur en ligne et Mariia est marchande d’art. Nous étions en contact via nos comptes LinkedIn et nous sommes devenus amis avant que la guerre n’éclate », raconte Christine Barrat. Avec le conflit, il devient vite difficile pour Mariia de continuer à acheter des œuvres d’artistes ukrainiens avec qui elle travaille depuis longtemps pour les envoyer aux collectionneurs du monde entier.

Pour sa sécurité, elle a quitté Kiev et s’est réfugiée dans sa petite maison de campagne du centre de l’Ukraine. Elle y vit avec son mari et plusieurs membres de sa famille. Ses deux enfants, âgés de 18 et 22 ans, qui étudient et travaillent en Pologne, sont déjà en sécurité.

Mariia a emporté avec elle 200 tableaux, un trésor qu’elle s’est constitué au fil des ans en achetant pour elle-même des œuvres de ses artistes préférés. Il fait froid, les conditions de sécurité sont encore incertaines. Son amie Christine l’encourage à quitter le pays. Mais où aller ? Mariia Titova emporte dans sa voiture une boîte de vêtements personnels et ses 200 tableaux. Des peintures à l’huile, des dessins qu’elle a glissés dans de fines boites, sans encadrement.

Une journée à la douane

Une journée à la douane

Au poste frontière ukrainien, on la regarde avec de grands yeux. « Ils pensaient que j’avais pillé les musées ! Mais j’avais tous les papiers. Ces tableaux, je les achetais la plupart du temps directement aux artistes. des photos des oeuvres. Elle pourrait confirmer ma qualité de marchand d’art », explique Mariia. Elle souhaite une journée de congé à la douane, où elle a passé à expliquer la situation.

Elle se repose d’abord avec des amis à Vienne. « Mais je n’avais aucun lien professionnel là-bas pour continuer à exercer mon métier », résume Mariia. Direction donc Rennes, où son amie Christine la met en contact avec son réseau d’amateurs d’art et l’aide à trouver une petite résidence où les paysages à l’huile de Gertesnok de Zaporizhie, « un peintre dont l’atelier immaculé abritait des tableaux pointillistes, dessinés avec le plus grand soin . »; des peintures aux tons pastel de Gregory Shponko rappelant Monet ; ceux de Semen Guyetsky, un artiste qui après la guerre a été ostracisé en tant que Juif mais tellement talentueux qu’il a été exposé dans le monde entier ; ou Viktor Gaidok, qui, avec sa sœur, a passé sa vie à peindre.

Valeur historique

Valeur historique

« Où peut-on voir une telle œuvre ukrainienne aujourd’hui ? », souligne Christine Barrat. Aucun musée ou collectionneur en France ne possède une telle collection. peintures. » En Ukraine, des musées ou des galeries essaient de cacher leurs œuvres pour les protéger de la destruction. La collection de Mariia a donc une valeur patrimoniale nationale et historique. Je comprends que Mariia a besoin de vendre. Mais montrer ces peintures lors d’une véritable exposition avant leur diffusion serait une occasion unique de découvrir des artistes ukrainiens. »

Les deux femmes recherchent activement un lieu à Rennes pour exposer à partir de septembre. Mariia prévoit de partager les bénéfices entre sa famille, restée en Ukraine, et une organisation non gouvernementale qui aide les réfugiés.

Accueil Auto / Moto TÉMOIGNAGE. La marchande d'art Mariia Titova a fui l'Ukraine avec 200 tableaux...