Vacances d’été : cicatrices, tatouages, prothèses mammaires… Cinq moments où il faut être très vigilant sur…

Se protéger du soleil en été n’est pas une option. Mais il existe certaines situations où une protection adéquate de la peau est plus que jamais nécessaire. Et même si certains sont déjà partis ou sont en train de faire leurs valises pour bronzer sur la plage, à la montagne ou à la campagne, il n’est jamais trop tard pour acheter crème, pansements, spray, vêtements en coton. Et surtout, n’oubliez pas les bons conseils. Ainsi 20 Minutes a répertorié les cinq cas où la peau a besoin d’un petit coup de pouce pour se protéger des UV.

Une cicatrice

Une cicatrice

Quels sont les risques ? « Tant que la cicatrice est rouge, qu’elle gratte ou pique, il ne faut pas du tout l’exposer au soleil », précise Martine Baspeyras, dermatologue à Bordeaux et membre du Groupement des dermatologues esthétiques et correcteurs (Grdec). « Il faut éviter les coups de soleil sur une zone cicatrisée, car il y a plus de risque de cancer de la peau qu’ailleurs », renchérit Isabelle Gallay, dermatologue et vice-présidente du Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV).

Il y a une deuxième raison, cette fois esthétique : exposer sa cicatrice au soleil, c’est ajuster la cicatrisation. « Lorsqu’il est rouge, les cellules qui fabriquent le pigment sont très sensibles à l’inflammation, elles répondront donc par une production importante de mélanine. C’est ce qu’on appelle l’hyperpigmentation. C’est-à-dire que la cicatrice devient brun foncé si nous prenons le soleil tant qu’elle est enflammée. »

Combien de temps faut-il éviter le soleil ? « En général, on dit aux patients d’attendre un an avant d’exposer une cicatrice au soleil », reprend Isabelle Gallay. La guérison prend souvent plus de temps que vous ne le pensez. « Même quand c’est beau, juste après quelques semaines, ça peut gonfler car le derme, en dessous, n’est pas cicatrisé si on n’y prend pas garde », prévient Martine Baspeyras.

Quels conseils suivre ? Si vous avez subi une opération ou l’ablation d’une tache de naissance depuis moins de deux mois et que vous avez prévu une sortie à la plage, le dermatologue conseille de protéger la cicatrice avec des micropores couleur peau, des pansements qui contiennent du silicone. Si subtil et moins douloureux une fois retiré. « En le collant sur la cicatrice, il améliore non seulement la cicatrisation, car il guide la disposition des fibres, mais il protège aussi des rayons UV », explique-t-il. Et vous n’avez pas besoin de l’enlever pour laver, laver… »

Un tatouage

Un tatouage

Quels sont les risques ? « Il y a un risque que la peau cicatrise mal, mais aussi que les pigments réagissent au soleil, énumère Isabelle Gallay. Surtout les pigments rouges. On risque alors une réaction de photosensibilisation : la zone tatouée va gonfler, apparaître en relief… »

Combien de temps faut-il éviter le soleil ? Au moins deux mois.

Quels conseils suivre ? Il est préférable d’éviter l’exposition au soleil entre 11h et 16h, portez des vêtements qui couvrent la zone tatouée. Sinon, appliquez une crème d’indice 50 toutes les deux heures. « Des recommandations de base à utiliser encore plus sur cette peau fragilisée », insiste Martine Baspeyras. Qui ajoute : « il faut faire attention : le temps de cicatrisation dépend de l’endroit. Plus on s’éloigne du visage, plus la cicatrisation est longue : chevilles, bas du dos, il y a moins de densité de follicules pileux (là où sont produits les cheveux et le sébum) à partir du menton Alors soyez patient, si vous venez de vous faire tatouer une planche de surf sur la cheville…

Un piercing

Un piercing

Quels sont les risques ? Lorsque vous venez de faire un piercing, la peau est en train de cicatriser, il faut donc faire attention à ce processus. « On voit des cicatrices hypertrophiques après piercing : ça gonfle et ça fait un nodule, prévient Isabelle Gallay. Dans ce cas, la lumière peut exactement affaiblir la réaction inflammatoire, à condition qu’elle ne soit pas forte. C’est pourquoi le dermatologue conseille d’exposer votre cicatrice à petites doses, le matin, lorsque le soleil ne risque pas de brûler la peau abîmée.

Combien de temps faut-il éviter le soleil ? Les recommandations sont les mêmes que pour la cicatrisation lambda : entre deux mois et un an sans exposition prolongée au soleil.

Quels conseils suivre ? Si on vient de se faire percer le nombril, on choisira un maillot de bain une pièce ou un bikini, et on oublie le crop top pour cet été ! « On envisage aussi de prendre des sticks solaires, comme un rouge à lèvres, mais en plus, c’est petit et donc pratique », ajoute Martine Baspeyras.

Des prothèses mammaires

Quels sont les risques ? Une distinction doit être faite entre la prothèse mammaire après reconstruction et l’augmentation mammaire pour des raisons esthétiques. Ce dernier ne risque rien. « Les patientes qui ont eu une reconstruction mammaire après un cancer ont un tissu particulièrement fin entre la peau, la prothèse et le muscle, mais avec l’augmentation, la glande stable qui fait barrière demeure, justifie Isabelle Sarfati, chirurgienne plasticienne à l’Institut du Sein à Paris. . . De plus, la mastectomie se fait après avoir enlevé toutes les terminaisons nerveuses, elles ont une faible sensibilité cutanée et donc elles ne sentiront pas la brûlure. Enfin, ils ont souvent eu recours à la radiothérapie, qui fragilise la peau. »

C’est pourquoi, depuis plusieurs années, le chirurgien met en garde les patientes : « Chaque été, on en voit deux ou trois qui découvrent que leur sein a brûlé. Dans le pire des cas, on perd la prothèse et on doit refaire une intervention chirurgicale. Un risque qui vaut pour les reconstructions après cancer, mais aussi pour les patientes qui se font enlever les seins et poser une prothèse à titre préventif.

Combien de temps faut-il éviter le soleil ? Tout au long de la vie, car la sensibilité et la protection sont affaiblies par les opérations et la radiothérapie.

Quels conseils suivre ? Préférez toujours une chemise de couleur claire. Une étude menée dans quatre centres de reconstruction mammaire en France a révélé que 20 femmes sur 28 brûlées aux seins après reconstruction portaient des maillots de bain noirs. « C’est pire que topless, c’est un coup de projecteur ! résume Isabelle Sarfati. De toute façon, on ne fait plus de crêpes et on n’expose jamais nos seins en plein soleil. »

Un grain de beauté

Un grain de beauté

Quels sont les risques ? On le sait, un grain de beauté qui prend une apparence anormale est un signe qu’il faut consulter un médecin. Problème : pas facile de trouver un dermatologue disponible la veille du départ en vacances. « Vous avez gratté un grain de beauté ? Vous le désinfectez, vous mettez un micropore et vous prenez rendez-vous avec un dermatologue dès votre retour, insiste Isabelle Gallay. Si vous constatez qu’un grain de beauté a changé d’aspect, de surface, de contour, de couleur, vous devez prendre rendez-vous avec votre dermatologue ou demander un avis par téléconsultation sur votre lieu de vacances, car il peut rapidement se transformer en mélanome. Dans tous les cas, vous ne devez pas exposer cette taupe au soleil.

Combien de temps faut-il éviter le soleil ? Cela dépend de l’apparence du grain de beauté… et de ce que vous dit le médecin.

Quels conseils suivre ? « Ça ne sert à rien de mettre un pansement sur une tache de naissance et d’attraper un coup de soleil juste à côté, pointe le médecin bordelais. Parce que vous pouvez avoir des grains de beauté dangereux que vous n’avez pas remarqués. Surtout, le soleil n’est pas que sur la plage. Il est donc préférable de mettre de la crème solaire tous les matins et d’en ajouter si vous craignez de vous exposer davantage. »

Accueil Mode Vacances d'été : cicatrices, tatouages, prothèses mammaires... Cinq moments où il faut...