Végétation, matières, couleurs… : face à la multiplication des canicules, comment retrouver la fraîcheur ?

Dans ce futur que le GIEC nous envisage comme « invivable », comment l’humanité peut-elle se rafraîchir sans réchauffer davantage le climat ? Végétation, matières réfléchissantes, tissus rafraîchissants… : de plus en plus de solutions émergent.

Du vert pour quelques degrés

Du vert pour quelques degrés

En ville, où il fait naturellement plus chaud qu’à la campagne en raison du microclimat, la tendance est au verdissement depuis quelques années, comme à Bordeaux notamment. De grands parcs, des ceintures vertes ou de petites zones arborées disséminées un peu partout permettent de rafraîchir l’air et de contrecarrer le phénomène d’îlots de chaleur urbains pouvant provoquer des excursions thermiques de l’ordre de 4°C par rapport à la campagne, voire 8°C C en cas de canicule.

Selon l’Agence de la transition écologique (Ademe), la nuit la température baisse par exemple de 0,3°C quand la densité de végétation augmente de 10%. En journée, dans une avenue bordée d’arbres, il fait entre 0,7°C et 2°C de moins que dans une rue sans arbres. A Göteborg, en Suède, la différence de température entre un parc et son environnement bâti a même été mesurée à 5,9°C. Et par une journée ensoleillée de 26°C (à l’ombre), un toit exposé au soleil peut atteindre une température de 80°C s’il est de couleur foncée, contre 29°C s’il est recouvert de végétation, tandis que -couvrir une façade réduit sa température de 20°C.

En bref, il vaut mieux planter des arbres que des climatiseurs car un arbre mature dans une plantation d’arbres refroidit jusqu’à cinq climatiseurs fonctionnant 20 heures par jour.

Des matériaux réfléchissants

Des matériaux réfléchissants

Autre piste d’amélioration : les bâtiments, les routes pavées, les trottoirs et les chaussées minérales de nos villes stockent l’énergie solaire et la libèrent ensuite dans l’air. Alors pourquoi ne pas changer ces garnitures ? Le même toit qui atteint 80°C lorsqu’il est sombre atteindra plutôt 45°C s’il est peint clair. C’est pourquoi les « toits frais », recouverts de peinture réfléchissante, se développent de plus en plus, reprenant le principe des maisons blanches des îles grecques.

Laurent Theillet / « Sud Ouest »

Pour les sols, les matériaux de rétention d’eau (structures en gravier, galets poreux) réduisent également la température, d’environ 1°C, grâce à un effet d’évaporation plus intense et prolongé. Plus évident encore, à Paris, certaines rues sont recouvertes d’un revêtement qui cumule les deux effets – albédo élevé (pouvoir réfléchissant) et rétention d’eau – qui a déjà montré un gain de 1,5-2°C en période de canicule.

Amener l’eau…

Amener l’eau…

L’eau est une autre ressource précieuse pour réduire le mercure. Il peut prendre la forme de fontaines, qui abaissent la température de 1°C, de nébulisation (-4°C), de piscines et bassins (de -0,1 à -1,9°C). Mais ce n’est rien comparé aux avantages d’un flux. Selon National Geographic, le Tage, à Lisbonne au Portugal, peut faire baisser la température de 6° à 7°C sur plusieurs centaines de mètres. Des villes s’emploient donc à sortir certaines rivières de terre, comme Paris, qui réhabilite là où c’est possible la Bièvre, enfouie sous le béton depuis près d’un siècle à cause de la pollution.

L’eau peut également être utilisée via des « réseaux de refroidissement urbains ». Le principe : des machines souterraines bruyantes injectent de l’eau gelée dans les canalisations qui passent sous les immeubles. A Paris, par exemple, ils captent l’eau de la Seine pour rafraîchir le Louvre ou les Galeries Lafayette sans climatisation. L’eau de mer est captée à Marseille. Ces réseaux, encore très marginaux, n’utilisent pas tous le même système mais offrent une alternative plus écologique aux climatiseurs, qui rejettent la chaleur dans l’air et contribuent au réchauffement climatique.

…et le vent

…et le vent

Autre problème : la circulation de l’air est difficile dans les villes denses. Pour résoudre ce problème, Stuttgart, en Allemagne, a mis en place des couloirs de ventilation. En interdisant les constructions ou en limitant leur hauteur et leur orientation à certains endroits, la ville a su créer des couloirs naturels par lesquels passe l’air frais des collines, évacuant la chaleur.

Plus ambitieux encore : des tours à vent, comme celle du Masdar à Abu Dhabi. Constitué d’un cylindre creux qui s’élève sur cinq étages, il capte le vent chaud par son sommet et restitue de l’air frais par sa base via un système de nébulisation. Il peut donc « abaisser la température jusqu’à 5°C », selon le consultant en développement durable Nick Aster. Une version ultramoderne du « badguir » iranien traditionnel (capteur de vent).

Des vêtements rafraîchissants ?

Des vêtements rafraîchissants ?

Et le corps dans tout ça ? S’il est facile de concevoir des vêtements qui vous gardent au chaud, il est beaucoup plus difficile de trouver des vêtements qui peuvent vous garder au frais en cas de canicule. Cela pourrait bientôt changer. Des ingénieurs de deux universités chinoises ont mis au point un tissu capable de refroidir le corps de près de 5°C, selon une étude publiée dans Science. Le tissu, constitué d’un mélange d’acide polylactique et de fibres synthétiques avec des nanoparticules de dioxyde de titane, agit de deux manières : il absorbe le rayonnement généré par le corps humain pour le réémettre dans l’espace et réfléchit la lumière.

S. ZHENG, ET. AL., SCIENCES (2021)

Bien qu’il ressemble à une chemise ordinaire, « optiquement, c’est un miroir », expliquent les chercheurs, qui affirment que ce tissu infusé de nanomatériaux ne coûterait que 10% de plus que les vêtements conventionnels. « On peut le produire en masse. Cela peut profiter à tout le monde. Reste cependant à savoir si la technologie est efficace lorsque les gens sont actifs, pas seulement lorsqu’ils cuisent au soleil pendant une heure et dans des vêtements serrés, car l’effet de refroidissement repose sur le contact étroit avec la peau.

Comment réduire la température chez soi sans clim ?

En effet, fermer les stores, les rideaux et baisser les stores peut réduire considérablement la température de votre intérieur. En adoptant cette bonne habitude, vous protégez chaque pièce de votre maison des rayons du soleil et restez au frais sans allumer le climatiseur.

Que faire sans climatisation ? Tout comme le ventilateur, des draps mouillés étalés devant une fenêtre peuvent apporter un peu de fraîcheur à votre intérieur. Si vous avez un balcon ou une terrasse, vous pouvez également arroser quelques endroits dans ces pièces pour profiter de la fraîcheur dégagée par l’eau.

Comment refroidir une pièce rapidement ?

1. Tous les conseils pour rafraîchir votre maison

  • A. Fermez les fenêtres et les volets pendant la journée. …
  • B. Accrochez un drap humide devant les fenêtres. …
  • C. Utilisez un ventilateur. …
  • D. Installez un ventilateur de plafond. …
  • E. Faire des brouillons. …
  • F. Éteignez les appareils électriques inutilisés. …
  • G …
  • H

Comment avoir de l’air frais sans ventilateur ?

Trop chaud ? 8 astuces fraîcheur (sans clim)

  • 1/ Ventilateur : souffle de l’air frais. …
  • 2/ Humidifiez les rideaux ou posez des draps mouillés devant la fenêtre. …
  • 3/ Faites sécher vos vêtements dans votre chambre. …
  • 4/ Mangez frais pour rester frais. …
  • 5/ Prendre une douche tempérée. …
  • 6/ Investissez dans un nébuliseur !

Comment avoir du vent sans ventilateur ? Couvrir les fenêtres de « rideaux de glace » Il ne suffit pas toujours d’ouvrir toutes les fenêtres pour rafraîchir la maison : on peut vaporiser un voile d’eau froide et en couvrir une ouverture de fenêtre. La brise traversera le tissu frais et humide, aidant à abaisser la température dans votre maison.

Comment ne pas avoir chaud sans ventilateur ?

Le meilleur remède contre la chaleur est la traditionnelle douche froide. Un passage rapide de 3 minutes sous le jet d’eau suffit. L’effet revigorant est instantané mais pas illimité. Attention à ne pas prendre dix douches par jour sous prétexte de températures élevées.

Accueil Mode Végétation, matières, couleurs… : face à la multiplication des canicules, comment retrouver...