Sénateurs du groupe CRC
La page Facebook des sénateursSuivez nous sur twitter @presse_crcsenat
Loupe
Recherche avancée
  • Mediatheque
Très bonne question ! Réponse dans leur déclaration officielle, un texte qui définit leur ligne de conduite parlementaire et où les sénateurs du groupe CRC-SPG expliquent notamment quel rôle ils entendent jouer au sein de la nouvelle majorité sénatoriale.
Retrouvez ici l’ensemble des propositions de loi déposées par le groupe CRC.

JUSTICE ET POLICE

Un programme immobilier aussi couteux qu’inutile

Abrogation de la loi du 27 mars 2012 de programmation relative à l’exécution des peines

Par Nicole Borvo Cohen-Seat, le groupe CRC / 6 juin 2012

À la veille de l’élection présidentielle, un certain effet d’affichage était attendu du projet de loi de programmation relatif à l’exécution des peines, examiné en urgence. Ce texte, s’il n’est pas rapidement abrogé, va peser durablement et lourdement sur le budget de la justice, puisque le programme de construction en partenariat public-privé qu’il prévoit, rigidifie le budget de la justice pour les trente prochaines années, au moins.

Cette loi a permis de la mise en place d’un nouveau programme immobilier, destiné à porter les capacités du parc pénitentiaire à 80 000 places d’ici à 2017.

Outre le fait que cet objectif est en contradiction flagrante avec la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 et avec la priorité affirmée alors de l’aménagement des peines de prison - en particulier des plus courtes d’entre elles -, les raisons avancées pour justifier le chiffre de 80 000 places ne nous paraissent pas du tout convaincantes.

En effet, il était question pour le gouvernement de résorber ce qu’il a appelé « le stock » des peines d’emprisonnement en attente d’exécution, et de tenir compte de l’augmentation régulière du nombre des condamnations à des peines privatives de liberté.

Cette argumentation postule que les peines d’emprisonnement ferme en attente d’exécution seraient liées à l’insuffisance du nombre des places dans les établissements pénitentiaires. Un postulat erroné puisque, si l’on tient compte de l’ensemble des possibilités d’aménagement de peine, 95 % des peines en attente d’exécution seraient aménageables. Or une peine aménagée est bien une peine exécutée. En réalité, ces peines ne sont pas de peines inexécutées, mais de peines en cours d’exécution. Elles sont transmises aux services de l’application des peines et aux services pénitentiaires d’insertion et de probation en vue de leur aménagement, ce qui prend, il est vrai, un certain temps du fait l’insuffisance des moyens alloués à l’aménagement des peines.

L’autre argument qui était avancé en faveur d’une augmentation du nombre de places, reposait sur des projections de l’évolution du nombre des personnes détenues dans les années à venir. C’est ainsi que, dans l’annexe du projet de loi de programmation, on lit ceci : « Le scénario le plus probable d’évolution de la population carcérale aboutit à une prévision d’environ 96 000 personnes écrouées, détenues ou non, à l’horizon 2017. » Mais cette projection se fonde sur des bases de calcul et des comparaisons internationales choisies de manière parfaitement arbitraire. Le taux de détention résulte en réalité de plusieurs facteurs parmi lesquels : les choix de législation pénale, la longueur des peines de prison prononcées et les alternatives à l’emprisonnement.

Des facteurs sur lesquels le gouvernement sortant a refusé de travailler alors qu’il est indéniable que la première étape pour limiter la récidive, réside dans le fait d’éviter l’emprisonnement le plus possible, en ce qu’il aggrave la situation sociale, psychique, familiale des personnes, et a tendance à perpétuer les phénomènes de violence et à renforcer les personnes dans un « statut de délinquant ».

Les orientations concrètes de ce programme immobilier vont aussi à l’encontre des choix du législateur affirmés en 2009.

En premier lieu, la de loi de programmation prévoit de porter la capacité moyenne des établissements de 532 à 650 places. Cet objectif ne tient aucun compte des enseignements du « programme 13 200 », qui avait mis en évidence les limites d’établissements surdimensionnés, sans parler des préconisations du Contrôleur général des lieux de privation de liberté pour qui, au contraire, la taille des établissements devrait être encore réduite car les économies d’échelle ne sont pas compatibles avec une prise en charge individualisée de la personne détenue. Une prise en charge pourtant indispensable dans la lutte contre la récidive.

En deuxième lieu, le texte prévoit un nouveau programme de construction spécifiquement réservé aux courtes peines. Ceci est pour le moins paradoxal, la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 ayant posé le principe de l’aménagement des courtes peines d’emprisonnement. Ce texte sous-tend en réalité un renoncement à l’exécution des courtes peines en milieu ouvert, en dépit des études montrant que les aménagements de peines sont plus favorables à la prévention de la récidive que la détention.

Enfin, le projet de loi de programmation prévoit une nouvelle classification des établissements pénitentiaires en fonction de leur niveau de sécurité, sans tenir compte du fait que ce choix de spécialisation extrême ne sera pas sans conséquence sur le maintien des liens familiaux -là encore indispensables à la réinsertion du détenu et à la lutte contre la récidive-, puisqu’il va de soi qu’il n’y aura pas un établissement de chaque type à proximité du lieu de résidence de chaque famille de détenu.

Pour toutes ces raisons et parce que l’accroissement du parc carcéral a tendance à générer une augmentation des incarcérations, si bien qu’il n’apporte pas en soi une réponse durable au problème de la surpopulation et de la récidive, notre proposition de loi vise à abroger la loi du 27 mars 2012 de programmation relative à l’exécution des peines.

PROPOSITION DE LOI

Article unique

La loi n° 2012-409 du 27 mars 2012 de programmation relative à l’exécution des peines est abrogée.


INTERNATIONAL : Nier le génocide dont a été victime le peuple arménien revient à nier l’existence même de ce peuple

Incrimination pénale de la contestation publique du génocide arménien

Par Guy Fischer, le groupe CRC / 22 avril 2014

CULTURE ET MEDIAS : Alerte aux multiplexes, menace pour la diversité culturelle

Exploitation cinématographique indépendante

Par le groupe CRC, Pierre Laurent / 27 février 2014

JUSTICE ET POLICE : Les syndicalistes ne sont pas des criminels

Interdiction du fichage génétique des personnes poursuivies pour des faits commis à l’occasion d’activités syndicales et revendicatives

Par Eliane Assassi, le groupe CRC, Cécile Cukierman / 21 février 2014

INDUSTRIE : Rendre enfin ce texte applicable et efficace pour une réelle sûreté autour des installations industrielles

Moratoire sur la mise en oeuvre des plans de prévention des risques technologiques

Par Evelyne Didier, le groupe CRC / 18 octobre 2013

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : Des moyens financiers permettant aux collectivités d’agir au mieux des attentes et des besoins

Traitement équilibré des territoires par une réforme de la dotation globale de fonctionnement

Par Gérard Le Cam, le groupe CRC / 6 septembre 2013

PRECARITE : Rendons toute sa pertinence à la solidarité nationale

Renforcement de la justice fiscale

Par Thierry Foucaud, le groupe CRC / 5 septembre 2013

TRANSPORT : Refusons le quatrième paquet ferroviaire

Maîtrise publique du système ferroviaire national

Par le groupe CRC, Mireille Schurch / 22 juillet 2013

SANTE ET PROTECTION SOCIALE : La santé publique victime d’un véritable plan social

Moratoire sur les fermetures de service et d’établissements de santé ou leur regroupement

Par le groupe CRC, Laurence Cohen / 4 juillet 2013

DROITS DE L’HOMME : Pour la réhabilitation de la Commune et des Communards

Commune de Paris

Par le groupe CRC, Pierre Laurent / 25 avril 2013

CULTURE ET MEDIAS : L’Europe en passe d’abandonner le principe d’exception culturelle ?

Respect de l’exception culturelle dans les accords commerciaux Europe/États-Unis

Par le groupe CRC, Pierre Laurent / 18 avril 2013

SERVICES PUBLICS : Il convient de revenir sur ces lois iniques

Rétablissement de la confiance et amélioration du dialogue social dans les entreprises de transports

Par le groupe CRC, Mireille Schurch / 9 avril 2013

JUSTICE ET POLICE : Les citoyens qui défendent leur école, leur outil de travail, leur hôpital ou leur retraite ne sont ni des criminels ni des délinquants

Amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives

Par Annie David, le groupe CRC / 28 novembre 2012

SERVICES PUBLICS : Les politiques libérales ont entrainé pour tous les consommateurs un renchérissement de leur facture énergétique

Répondre à l’urgence sociale en matière énergétique

Par le groupe CRC, Mireille Schurch / 31 octobre 2012

LOGEMENT ET TRANSPORT : Le logement doit aujourd’hui être déclaré grande cause nationale

Stratégie foncière publique en faveur du logement

Par le groupe CRC, Mireille Schurch / 13 septembre 2012

AGRICULTURE ET PECHE : Il est primordial que l’ensemble des acteurs agricoles et tous les territoires puissent faire entendre leurs voix

Diversité syndicale et démocratie participative dans les chambres d’agriculture

Par Gérard Le Cam, le groupe CRC / 18 juin 2012

AGRICULTURE ET PECHE : Des centaines de milliers d’agriculteurs renouvellent chaque année la biodiversité cultivée

Défense des semences fermières

Par Gérard Le Cam, le groupe CRC / 18 juin 2012

JUSTICE ET POLICE : Mettre un terme à une politique répressive inutile

Suppression du délit de séjour irrégulier

Par Eliane Assassi, le groupe CRC / 6 juin 2012

IMMIGRATION : Notre politique d’immigration a besoin d’une réforme en profondeur

Politique d’immigration de la France

Par Eliane Assassi, le groupe CRC / 5 juin 2012

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : La notion de race est dépourvue de fondements et de réalité scientifique

Suppression du mot "race" dans la Constitution

Par Nicole Borvo Cohen-Seat, le groupe CRC / 5 juin 2012

INSTITUTIONS, ELUS ET COLLECTIVITES TERRITORIALES : Cet article porte gravement atteinte au droit d’amendement et au droit du Parlement

Abrogation de l’article 40 de la Constitution

Par Nicole Borvo Cohen-Seat, le groupe CRC / 29 mai 2012

JUSTICE ET POLICE : Il nous semble indispensable de disposer d’une législation prohibitive, encadrant strictement toutes les formes d’utilisation de ces armes

Interdiction d’utilisation des armes de quatrième catégorie

Par Nicole Borvo Cohen-Seat, le groupe CRC / 29 mai 2012

LOGEMENT ET TRANSPORT : Une seule région, une seule zone tarifaire

Instauration d’un pass navigo unique au tarif des zones 1-2

Par le groupe CRC, Laurence Cohen / 25 mai 2012

SANTE ET PROTECTION SOCIALE : Une logique mortifère pour les établissements publics de santé

Suppression du processus de convergence tarifaire

Par le groupe CRC, Laurence Cohen / 25 mai 2012

EDUCATION ET RECHERCHE : L’école maternelle doit redevenir le fleuron du système éducatif français

Une école maternelle favorisant la réussite de toutes et tous

Par le groupe CRC, Brigitte Gonthier-Maurin / 25 mai 2012

Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
Decor
Nicole BORVO COHEN-SEAT
Ancienne sénatrice de Paris

Ancienne présidente du groupe CRC

Membre de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale

Elue le 24 septembre 1995, sénatrice jusqu’au 19 septembre 2012

Decor
  • mardi 22
    09h30 : Questions orales au gouvernement
  • 14h30 : Loi de financement rectificative de la sécurité sociale (CMP)
  • 16h30 : Approbation des comptes de l’année 2013 (nouvelle lecture)
  • 18h30 : Réforme ferroviaire (conclusions de la CMP)
  • mercredi 23
    14h30 : Egalité réelle entre les femmes et les hommes (CMP)
  • 16h30 : Taxis et voitures de transport avec chauffeur
  • jeudi 24
    09h30 : Loi d’avenir pour l’agriculture (conclusions de la CMP)
Intranet
Haut de page